L'innovation tarde à décoller en Bulgarie, explique l'association ARCFUND. Responsables : l'absence de personnel qualifié, le manque de moyens mais aussi une mauvaise attribution des fonds communautaires...

L'innovation tarde à décoller en Bulgarie, explique l'association ARCFUND. Responsables : l'absence de personnel qualifié, le manque de moyens mais aussi une mauvaise attribution des fonds communautaires.
 
Les entreprises bulgares marquent un intérêt très limité pour l'innovation, annonce le rapport Innovation.bg 2007 publié par le Fonds pour les communications et la recherche appliquée (ARCFUND) de Sofia. Ainsi, en 2006, près des deux tiers des firmes bulgares n'avaient encore développé aucune activité d'innovation. Et la même année, le taux moyen d'innovation des entreprises ne s'élevait qu'à 10 %. Un chiffre qui, selon l'ARCFUND, "reflète leur manque de capacité à combiner divers types d'innovation et le faible degré de nouveauté de leurs activités d'innovation". Principales raisons évoquées à ce manque de dynamisme : le manque de financement et de personnel qualifié, mais aussi la quasi absence de réseaux européens d'innovation, facteurs clés du développement et de l'évolution d'un système d'innovation national.
 
Une meilleure attribution des fonds communautaires
 
Pour remédier à cette situation, l'organisme propose plusieurs recommandations, notamment sur la question du financement. Selon lui, il est en effet primordial de consacrer désormais plus de moyens politiques, administratifs et financiers dans le but de mettre sur pied une politique nationale d'innovation efficace et viable. Autre pré-requis : la nécessité d'affecter une partie des fonds communautaires à des projets nationaux et régionaux de grande envergure plutôt qu'au soutien financier direct et à court terme d'entreprises. Pour assurer une bonne mise en œuvre de ces projets, le Fonds pour les communications préconise également la coordination avec d'autres programmes communautaires comme le Programme-cadre pour l'Innovation et la Compétitivité (PIC).
 
Un produit brut de l'innovation en hausse
 
Cependant, la situation est loin d'être catastrophique pour le pays qui s'est ouvert récemment à l'Union européenne. En effet, le produit brut de l'innovation bulgare a enregistré une importante progression en 2006. L'entreprenariat et l'environnement d'affaires sont également sur une belle pente. "La stabilité macroéconomique durable a favorisé la croissance des entreprises et l'instauration de partenariats productifs pour l'innovation", est-il expliqué dans le rapport. Reste que les entrepreneurs bulgares auront encore à faire face à plusieurs obstacles - tels que le faible niveau de compétitivité, une forte concentration du marché ou encore le manque de protection des droits de propriété - avant de pouvoir prendre place confortablement au sein du marché européen de l'innovation.
Atelier groupe BNP Paribas