Au 1er semestre 2001, le groupe Bull a réalisé un chiffre d’affaires total de 1 271 millions d’euros, contre 1 299 millions d’euros au 1er semestre 2000, soit une diminution de 2,2 %, traduisant le ...

Au 1er semestre 2001, le groupe Bull a réalisé un chiffre d’affaires total de 1 271 millions d’euros, contre 1 299 millions d’euros au 1er semestre 2000, soit une diminution de 2,2 %, traduisant le ralentissement observé dans l’univers informatique au 2ème trimestre. L’activité Infrastructure & Systèmes génère un chiffre d’affaires de 324 millions d’euros, en hausse de 7 % hors distribution de PC (et globalement de 2 %). Ce résultat provient des bonnes performances enregistrées dans le domaine des serveurs ouverts (+ 25 % en Unix, + 34 % en Intel) et du stockage (+ 53 %). Le chiffre d’affaires de l’activité de maintenance s’élève à 147 millions d’euros (- 4 %). Les ventes dans la zone Asie, Afrique, Europe de l’Est réalisent un chiffre d’affaires de 116 millions d’euros (+ 19 %). Les activités du groupe en Amérique génèrent, en revanche, un chiffre d’affaires de 122 millions d’euros, en baisse de 11 %. Ce ralentissement est dû au contrecoup du ralentissement nord-américain auquel s’est ajoutée la crise financière en Amérique du Sud. L’activité Integris (hors maintenance) enregistre un chiffre d’affaires de 633 millions d’euros (- 3 %). Elle a progressé dans de nombreux pays européens, notamment en Grande-Bretagne, en Espagne et dans les pays Scandinaves. Les activités dans le domaine du consulting (+ 11 %) et de l’infogérance (+ 9 %) continuent de progresser. Malgré le léger ralentissement de l’activité, le Groupe a préservé le niveau de sa marge brute. Les efforts importants réalisés dans la maîtrise des coûts ont permis d’enregistrer une baisse significative des frais généraux (- 16 millions d’euros) et de contenir les coûts de R&D (- 8 millions d’euros). Fin juin 2001, le résultat d’exploitation du groupe s’inscrit à 53 millions d’euros, contre 84 millions au 1er semestre 2000. Au cours du 1er semestre 2001, Bull a réalisé plusieurs cessions d’activités conformément aux décisions prises fin 2000: CP8, filiale spécialisée dans l’activité de cartes à puces, et Cara, filiale de services informatiques en Irlande. Après prise en compte des plus-values liées à ces opérations, ainsi que d’autres éléments financiers, le résultat s’élève à 126 millions d’euros fin juin 2001. Le plan de réduction des effectifs (1 800 personnes), en cours d’exécution, a fait l’objet d’une provision au 1er semestre 2001 de 155 millions d’euros. Après comptabilisation de la provision pour restructuration, le résultat net du groupe s’établit à 29,2 millions d’euros. Compte tenu des perspectives actuelles, le 2ème semestre devrait enregistrer une stabilisation de l’activité par rapport à l’an passé et la poursuite du redressement du résultat opérationnel. (Christine Weissrock Atelier BNP Paribas 23/07/2001)