Bruno Vanryb, le PDG de l’éditeur de logiciels de communications BVRP Software, a présenté hier les résultats annuels de sa société en expliquant “la baisse du dollar, l’incertitude sur la conjonctu...

Bruno Vanryb, le PDG de l’éditeur de logiciels de communications BVRP Software, a présenté hier les résultats annuels de sa société en expliquant “la baisse du dollar, l’incertitude sur la conjoncture économique internationale et le fait que nos clients ont subi de plein fouet la crise en août et en septembre nous poussent à anticiper une croissance moins forte, d’autant que la pression sur les prix va continuer”. Ayant réalisé en 1997-1998 (clos au 31 juillet) un chiffre d’affaires de 76,1 millions de F (+ 75,3 %) et un résultat net de 7,1 millions de F (+ 36,8 %), soit une rentabilité nette de 9,3 %, Bruno Vanryb ne prévoit pour l’exercice 1998-1999 qu’une croissance du chiffre d’affaires de 34 % et une rentabilité nette de 6 % en raison d’opérations de croissance externe. “Nous allons tout mettre sur le prochain exercice, le poids des acquisitions et le coût de leur intégration”, grâce à cette stratégie “nous aurons atteint les 100 millions de F en juillet prochain et nous reviendrons à une rentabilité supérieure à 9 % dès l’exercice 1999-2000”.

Deux lettres d’intention ont déjà été signées, l’une avec un distributeur de logiciels télécoms britannique à valeur ajoutée, la seconde avec une société européenne qui devrait lui permettre d’acquérir une technologie et d’étendre ses parts de marchés en Europe et aux Etats-Unis. Un troisième rachat avec un acteur de la distribution informatique en France est actuellement en cours de négociation. Depuis son introduction en Bourse il y a deux ans, le titre BVRP Software a été multiplié par 5,3 et a progressé depuis le début de l’année de 24 %. Sa capitalisation boursière s’élève aujourd’hui à 387 millions de F. (Les Echos 22/10/1998)