Le Sénat californien étudie la possibilité de recourir aux MOOCs (cours de masse en ligne et ouverts) pour résoudre le problème des classes surpeuplées des universités publiques, qui met en danger la scolarité de nombreux étudiants. La proposition de loi, sans précédent aux Etats-Unis, pourrait être un déclencheur à l'échelle nationale, voire globale.

La Californie considère les MOOCs pour résoudre les défis de l’enseignement public

L'apparition et le succès soudain des MOOCs (Massive Online Open Courses) a soulevé la question du futur de l'éducation supérieure et, plus spécifiquement, celle de savoir si les cours en ligne peuvent constituer une alternative aux classes. Les MOOCs, qui visent à démocratiser l’enseignement de qualité à une échelle mondiale, sont des cours en ligne accessibles à quiconque dispose d'une connexion Internet. Alors que la majorité des présidents d’universités américaines considèrent que les cours en ligne sont bénéfiques, le problème de leur intégration au système d'éducation actuel est encore discuté, et controversé. Pourtant, l'État de Californie pourrait être, bientôt, le premier à utiliser les MOOCs pour résoudre le problème des classes surbookées que connaissent les universités publiques. Darrell Steinberg, président en exercice du Sénat de l'État de Californie, a introduit un texte qui donnerait la possibilité aux étudiants d’universités d’Etat de suivre des cours en ligne, dans le cas où le cours de leur choix n’est plus disponible, et de valider ce cours en ligne au même titre que les autres.

Résoudre le problème des classes surpeuplées

Selon 20mm, le premier à annoncer la nouvelle, le sénateur Steinberg a affirmé que les 112 collèges publics de l'État ont, chacun, une moyenne de 7 000 étudiants sur listes d'attente. En outre, seuls 16% des 420 000 étudiants des 23 campus de l’université d'État de Californie obtiennent leur diplôme en quatre ans, en partie en raison de l'impossibilité de s'inscrire dans les classes dont ils ont besoin. « Nous voulons être le premier État de la nation à faire cette promesse : aucun étudiant de Californie ne se verra refuser le droit de poursuivre son cursus parce qu'il n'obtient pas de place dans le cours dont il a besoin, » a déclaré Darrell Steinberg. « C'est ce qui a motivé notre choix. » Les étudiants ne recevraient des crédits que pour les MOOCs approuvés par la faculté, qui devraient en principe être gratuits. Cela inclus, bien entendu, les cours disponibles sur des plateformes appartenant à des fournisseurs privés, comme Udacity.

Des programmes pilotes déjà lancés dans certaines universités

Plus tôt cette année, l'université de San Jose, Californie, a annoncé le lancement d'un programme pilote, justement en partenariat avec Udacity. Le programme San Jose State Plus proposera des cours accessibles aux étudiants de San Jose State University comme à des étudiants extérieurs, qui recevront donc des crédits académiques pour le suivi de ces cours. Le programme pilote a démarré avec 2 cours de mathématiques et un cours de statistiques. Tous les cours sont donnés par des professeurs de l'université de San Jose. Dans un Livre Blanc consacré au futur de l'éducation supérieure américaine, le président de l'université, Mohammad Qayoumi, déclare : « Les institutions éducatives ont un urgent besoin de nouvelles approches personnalisées, collaboratives, engagées et en phase avec le monde réel et les problèmes du 21ème siècle pour enseigner et évaluer les connaissances. La bonne nouvelle, c'est que nous disposons d'outils puissants pour relever ce défi. » Un espoir auquel l'adoption du texte proposé au Sénat californien apportera peut-être une réponse très prochainement. 

Rédigé par Alice Gillet
English editorial manager