Les sites de partage de vidéos seraient-ils la nouvelle cible favorite des propriétaires de contenus? Après les multiples plaintes déposées contre YouTube par des ayants droit, c'est au tour de...

Les sites de partage de vidéos seraient-ils la nouvelle cible favorite des propriétaires de contenus? Après les multiples plaintes déposées contre YouTube par des ayants droit, c'est au tour de la jeune pousse française Kewego de faire les frais d'une accusation. La start-up vient d'être assignée en justice par Canal +, pour "contrefaçon et parasitisme". La chaîne cryptée réclame 1.5 million d'euros à titre de provision.
 
Selon Canal +, des émissions comme les Guignols de l'info, Groland, Nulle Part Ailleurs, Le SAV des émissions (animé par Omar et Fred) ou encore Dans la peau d'un noir, auraient été mises en ligne sur le site et sur ceux utilisant sa technologie, de manière totalement illégale, puisqu'aucun partenariat n'a été conclu entre les deux sociétés.
 
La chaîne exige le retrait de ces vidéos, ainsi que la mise en place de mesures d'interdiction d'utilisation de ces émissions. La première audience a été fixée fin mai au tribunal de Commerce de Paris.
 
Pourquoi s'attaquer à Kewego plutôt qu'aux autres plates-formes communautaires, sur lesquelles circule un nombre important de contenus pirates? Selon un porte-parole de Canal +, dans des propos rapportés par 01net, "nous avons assigné Kewego car ils n'ont pas fait preuve de beaucoup de volontarisme dans la mise en place d'une solution technique pour le filtrage de nos émissions".
 
Reste à savoir si les autres sites concernés vont déployer prochainement des solutions pour supprimer les fichiers pirates!
 
Kewego, de son côté, "exprime sa surprise et son étonnement devant l'action de Canal + alors qu'elle n'est qu'un hébergeur technique, et qu'elle collabore déjà avec de nombreuses télévisions et détenteurs de droits". A la justice de trancher...
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 15/05/2007)