Les investissements du capital risque américain sont passés de 27,9 milliards de dollars au 2ème trimestre 2000 à 8,9 milliards de dollars au 2ème trimestre 2001, soit une chute de 68 %. Les inve...

Les investissements du capital risque américain sont passés de 27,9 milliards de dollars au 2ème trimestre 2000 à 8,9 milliards de dollars au 2ème trimestre 2001, soit une chute de 68 %. Les investissements du capital, cumulés sur le 1er semestre 2001, passent de 52,9 à 21,8 milliards de dollars, en baisse de 59 %. Le nombre de start-up financées est en chute libre. 1 679 start-up ont levé des fonds au 1er semestre 2001, contre 3 554 au 1er semestre 2000. Conséquence directe: le ticket moyen est en nette baisse. Selon la NVCA (association américaine du capital risque), il avoisinait 16 millions de dollars par opération au 3ème trimestre 2000, contre 12 millions au 2ème trimestre 2001. Les capital risqueurs américains se concentrent désormais sur leurs portefeuilles existants, sans se hasarder dans de nouveaux tours de table. Alors que les technologies de l’information sont lourdement touchées, les financement des activités logicielles et télécoms sont en revanche stables. Les biotechnologies connaissent, pour leur part, une hausse de 150 % des investissements à leur profit. Les investissements au profit des start-up avaient dépassé les 100 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2000. En raison du fort ralentissement ressenti depuis le début 2001, les analystes s’attendent à un niveau d’investissement d’environ 35 milliards de dollars en 2001, au profit d’environ 3 200 start-up, soit une chute des deux tiers par rapport au montant alloué au capital risque en 2000 et un niveau de prises de participation plus bas que celui de 1999. (http://www.venturewire.com/default.asp http://www.nvca.org (Christine Weissrock Atelier BNP Paribas 19/07/2001)