Selon l'Indicateur Chausson-Finance, principal opérateur français en recherche de capitaux pour les start-up à fort potentiel de croissance, le capital-risque français a financé au second semestre 1...

Selon l'Indicateur Chausson-Finance, principal opérateur français en recherche de capitaux pour les start-up à fort potentiel de croissance, le capital-risque français a financé au second semestre 1999, 152 start-up françaises pour un montant total de 1,4 milliard de F, contre 129 pour 0,87 milliard de F au premier semestre. En un an, le capital-risque français a investi au total 2,27 milliards de F, soit une progression de 236 %. 281 entreprises en ont bénéficié, soit une hausse de 153 % par rapport à l'an passé. Le classement des dix sociétés de capital-risque les plus actives est resté inchangé au cours du second semestre 1999. Y figure notamment des sociétés comme 3i France, ABN Amro Venture, Apax Partners, CDC Innovation, Dassault Développement, Galiléo, etc. Les dix premières sociétés de capital-risque représentent ensemble 68 % des montants investis et 65 % des opérations du semestre. Chacune de ces sociétés aura sur cette même période investi en moyenne 96 millions de F et réalisé 13 opérations. Sur l'ensemble de l'année, chacune des dix premières sociétés de capital-risque françaises aura investi en moyenne 160 millions de F et réalisé 25 opérations. Pour la première fois, l'Indicateur Chausson Finance a pris en compte les investissements réalisés par des sociétés de capital-risque françaises dans des entreprises européennes. Au cours du second semestre, 11 sociétés sur 28 ont réalisé des investissements dans des start-up européennes, soit 30 opérations pour un montant total de 627 millions de F investis. Au cours de cette même période, 626 millions de F ont été investis dans 60 entreprises intervenant dans le domaine de l'Internet, soit 2,9 fois les montants investis au cours du premier semestre (32 sociétés). Sur l'ensemble de l'année, 831 millions de F ont été investis dans le secteur de l'Internet, soit 11 fois plus qu'en 1998, représentant 37 % du total des montants investis. Avec 12 % du total des investissements, contre 6 % au premier semestre, le secteur des Télécom connaît également une forte croissance. En revanche, le secteur des logiciels passe de 38 % à 22 % du total des montants investis entre le premier et le deuxième semestre 1999. Les autres secteurs connaissent également une nette diminution sur la même période. Le plus important tour de table du semestre a été remporté par Imediation (165 millions de F). Le montant cumulé des dix tours de table les plus importants est passé de 554 millions de F en 1998 à 1,5 milliard en 1999. Les montants moyens reçus par les 281 entreprises financées ont également progressé : 8 millions de F, soit une hausse de 31 % par rapport à 1998. (Christine Weissrock - Atelier Paribas 15/03/2000)