NanoMarkets se penche sur les secteurs les plus susceptibles de s'intéresser aux capteurs imprimés et organiques. Ceux-ci, précis et peu chers, devraient révolutionner les méthodes de nombreux secteurs...

NanoMarkets se penche sur les secteurs les plus susceptibles de s'intéresser aux capteurs imprimés et organiques. Ceux-ci, précis et peu chers, devraient révolutionner les méthodes de nombreux secteurs.
Les capteurs représentent une opportunité particulièrement intéressante pour les entreprises d'impression et d'électronique organique, annonce NanoMarkets dans une récente étude. Ces dispositifs au prix attractif permettent en effet d'envisager une multitude d'applications et de nouvelles habitudes dans les domaines médical, architectural, vestimentaire, de la sécurité, de l'alimentation ou encore de la défense. Et les entreprises semblent en avoir saisi les enjeux : en 2015, le secteur devrait représenter 2,3 milliards de dollars.
 
Détecter les menaces pour l'environnement
 
Les systèmes de capteurs devraient tout particulièrement séduire le secteur environnemental du suivi de la pollution. Les biocapteurs pourraient en effet permettre une identification en temps réel des particules polluantes, le tout à un prix très attractif. Le marché devrait d'ailleurs presque friser le milliard de dollars en 2015. Les capteurs devraient également être tout particulièrement plébiscités dans le cadre de tests génétiques et d'études sur le corps humain. La demande en micromatrices et en bioprocesseurs devrait dès lors dépasser les 400 millions de dollars dans huit ans.
 
Diminuer les coûts médicaux
 
Selon le cabinet d'analyses, le marché des capteurs dans le secteur thérapeutique et de diagnostic médical devrait également connaître une croissance rapide. En effet, le coût associé à ces unités imprimées ou électroniques organiques, relativement faible, donne la possibilité de passer de systèmes de dépistage aujourd'hui centralisés à des équipements permettant de réaliser un diagnostic depuis chez soi. Enfin, ces dispositifs devraient être massivement utilisés par les usines textiles qui souhaitent rendre leurs produits "intelligents", c'est-à-dire leur permettre entre autres choses de déterminer la santé physique de leur propriétaire par la mesure de différentes manifestations du corps.
 

Atelier groupe BNP Paribas