Travelex propose une carte de crédit prépayée permettant aux voyageurs de profiter de devises étrangères à un taux de change fixe. La carte ne permettra d'accéder à aucune donnée confidentielle en cas de vol.

Disposer de son argent à l'étranger en toute sécurité et flexibilité. C'est le pari que souhaite relever la société spécialisée dans l'échange d'argent à l'étranger Travelex, qui s'associe à MasterCard et à la West Suburban Bank pour lancer une carte de crédit prépayée. Celle-ci, baptisée Cash Passport, permet de créditer une somme fixe avant son départ et de régler ensuite à l'étranger chez tout commerçant acceptant la MasterCard. Le tout en dollars, livres et euros. L'argent peut également être retiré depuis un distributeur automatique compatible. Selon Travelex, plus d'un million de ces appareils seraient compatibles. Principal intérêt du Cash Passport : en cas de perte ou de vol, la carte est bloquée et échangée. Enfin, si son propriétaire ne dépense pas tout son solde, celui-ci peut être conservé pour un voyage ultérieur ou être changé. Aucune information n'est cependant délivrée sur le coût de la carte prépayée en elle-même.
Un taux de change unique
Comme le Traveler Cheque, le Cash Passport préserve son utilisateur des fluctuations du taux de change. Le taux en vigueur au moment du chargement de la carte est en effet le seul pris en compte lors des transactions. Un moyen intéressant pour les banques d'encourager les personnes qui s'apprêtent à voyager d'échanger leur monnaie avant leur départ plutôt que sur place. "Les cartes prépayées en devises étrangères sont intéressantes pour les institutions financières et les points de ventes de monnaies. Plus de dix millions d'Américains voyagent chaque année vers le Royaume-Uni ou l'Europe. Près de neuf sur dix sont prêts à acheter à l'avance leurs devises dans une banque", explique Christopher Russel, vice-président exécutif de la division outsourcing chez Travelex.
L'impossibilité d'accéder aux informations personnelles
Côté sécurité, le système est verrouillé par un code PIN. Une signature est également nécessaire. Le système comporte un autre avantage, et pas des moindres. Il n'embarque que la somme fixée par son utilisateur et ne peut délivrer aucune information personnelle concernant le compte bancaire de son propriétaire. Un argument sérieux par rapport aux Travelers Cheques. Ces derniers, couramment utilisés par les voyageurs, peuvent en effet être plus facilement piratés et donner accès au compte de l'utilisateur. D'autres solutions de ce type sont déjà en circulation, comme celle proposée par Visa. Mais cette dernière fait surtout office de carte cadeau.
A lire sur le site de L'Atelier :

Le e-paiement repousse ses limites (12/11/2007)
Les réseaux sociaux stimulent l'e-commerce (16/10/2007)
Moneta simplifie le paiement en ligne (19/09/2007)
Le e-commerce américain séduit depuis les sites de contenu (25/09/2007) 
La carte de crédit se fait forteresse (02/08/2007)

L'Atelier BNP Paribas