Le fabricant de cartes graphiques NVIDIA a annoncé mercredi la diffusion de sa nouvelle carte graphique à destination des fanatiques du framerate, la GeForce 7800 GTX. Le lendemain, le président

Le fabricant de cartes graphiques NVIDIA a annoncé mercredi la diffusion de sa nouvelle carte graphique à destination des fanatiques du framerate , la GeForce 7800 GTX. Le lendemain, le président de la firme concurrente, ATI, a déclaré que la fin de l'été verrait la sortie d'un nouveau bijou aux performances fracassantes, construit sur un chipset répondant au doux nom de R520. Ceux qui ont acheté la GeForce 7800 GTX près de 600 euros s'en déferont-ils pour investir dans la nouvelle vedette ? Il y a fort à parier que certains se laisseront tenter, peut-être pour le plaisir d'aller l'écrire sur les forums spécialisés.

Les néophytes se demandent ce qu'est le framerate et à quoi cela peut bien servir ? Il s'agit du nombre d'images par seconde affichées dans une séquence de jeux vidéo.

Un framerate minimum est nécessaire pour pouvoir jouer dans de bonnes conditions. On pourrait penser qu'il se situe à 24 images par seconde, comme pour un film par exemple, mais les adeptes des First Personnal Shooter (FPS, jeux de tir à la première personne se déroulant dans des univers en 3D) affirment qu'un taux d'au moins 40 images par seconde est nécessaire pour jouer dans de bonnes conditions.

Pourquoi toutes ces explications ? Tout simplement parce que la GeForce 7800 GTX est la carte graphique la plus performante du marché et qu'elle permet justement d'atteindre un framerate très élevé. Couplée à un processeur récent et à une quantité de mémoire vive raisonnable (la RAM, 512 Mo semblent maintenant un minimum pour jouer), elle se charge d'afficher sur votre écran, même dans les résolutions les plus élevées, les jeux avec une fluidité et un niveau de détail insoupçonnés.

Ces cartes haut de gamme disposent en plus de filtres - gourmands en ressources - qui recalculent l'image avant de l'afficher afin de la rendre plus précise. On parle principalement de l' antialiasing qui supprime les effets d'escalier et du filtrage anisotropique qui affine les textures composant le décor.

Ici, il n'est plus question de 24 ou 40 images par seconde. Les tests réalisés par les sites spécialisés dans le hardware annoncent des scores de 60, 80 ou plus de 100 images par seconde selon le jeu pour la 7800 GTX, tous filtres activés et ce dans les résolutions maximums de nos écrans.

Quel est donc l'intérêt de telles performances ?

Cette nouvelle carte graphique est commercialisée pour un prix d'environ 600 euros, soit le prix d'un ordinateur portable d'entrée de gamme ou d'un PC de bureau moyen. On n'imagine guère que des gens soient susceptibles de mettre ce prix dans une simple carte graphique ! Et pourtant, il existe une catégorie de joueurs prêts à tout sacrifier pour pouvoir introduire ces cartes hors de prix dans leurs PC.
Ces fanatiques, parfois appelés hardcore gamers , sont toujours à la recherche de la performance ultime en matière de jeux vidéo.

Le passage de la GeForce 6800 (la génération précédente, sortie il y a un peu moins d'un an) à la GeForce 7800 GTX ne procure pas forcément d'améliorations visuelles sensibles, à moins de jouer sur un écran gigantesque. Les accros sont même tenus d'utiliser des logiciels de benchmark s'ils veulent vérifier que leur carte tient bien ses promesses.

Ces fanatiques alimentent la course que se livrent les deux principaux fabricants de carte graphique à destination du grand public : l'américain NVIDIA et son homologue canadien, ATI. Ces deux firmes réalisent la majorité de leur chiffre d'affaires avec les cartes graphiques d'entrée de gamme, dont les performances n'ont rien à voir avec la 7800 GTX. Mais afin d'entretenir leur image auprès du public des hardcore gamers , elles se livrent une course à la performance qui les conduit à sortir, environ tous les six mois, un nouveau processeur graphique haut de gamme.

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/06/2005)