L'an dernier, SGS-Thomson a réalisé 222 millions de dollars (1,3 milliard de F) rien qu'avec les activités directement liées au marché de la carte à puce, soit une part de marché de 43 % en valeur, ...

L'an dernier, SGS-Thomson a réalisé 222 millions de dollars (1,3 milliard de F) rien qu'avec les activités directement liées au marché de la carte à puce, soit une part de marché de 43 % en valeur, sur un marché mondial estimé à plus de 500 millions de dollars. La multiplication des applications et l'adoption de cette technologie dans des pays comme les Etats-Unis ou la Chine devraient permettre à cette activité de continuer à croître à un rythme soutenu au cours des prochaines années. Après le secteur bancaire et les télécommunications, de nouveaux débouchés comme le contrôle d'accès pour la télévision payante, le porte-monnaie électronique, les transactions sécurisées sur Internet ou la carte santé, s'ouvrent à cette technologie. D'ici à l'an 2000, le marché des circuits intégrés pour cartes à puce devrait atteindre 2,5 milliards d'unités pour un chiffre d'affaires d'environ 1,4 milliard de dollars, soit une progression annuelle moyenne de 32 %. Possédant déjà cinq sites de production de circuits pour cartes à puce et mémoires non volatiles, SGS-Thomson va inaugurer l'année prochaine sur son site de Rousset une nouvelle usine pouvant produire annuellement près de 1 milliard de circuits à micro-contrôleur. Première à utiliser le principe du "mini-environnement" limitant la taille des "salles blanches" les plus propres (classe 1) aux seuls équipements et aux tranches de silicium automatiquement convoyées dans des caissons étanches au long du processus de fabrication, cette usine mettra en oeuvre une technologie 200 millimètres avec une finesse de gravure de 0,25 micron. Selon le directeur général de la division produits cartes à puce, Maurizio Felici, la production de puces pour les cartes devrait représenter une part "significative" de l'activité de cette nouvelle usine. (Les Echos - La Tribune - 26/03/1998)