Entre 2006 et 2012, le paysage du développement des technologies émergentes s'est relativement modifié, laissant place à de nouveaux acteurs eux-mêmes économiquement émergents.

La cartographie de l'innovation mondiale en constante évolution

Le choix d'un lieu pour commercialiser une technologie émergente est crucial. Comme il ne s'agit que d'un marché de niches et à la pointe de l'innovation, le lancement d'un produit nécessite un certain environnement stable, sinon progressif, afin de permettre à une entreprise d'adapter la commercialisation de son produit. Le cabinet de conseils stratégiques Cientifica a récemment publié son index 2012 des pays les plus intéressants pour les compagnies, tout en le mettant en relation avec son précédent index daté de 2006 et du rapport sur la compétitivité mondiale développé par le World Economic Forum (WEF).

Des environnements propices à l'innovation

L'index de Cientifica se base sur la capacité à innover dans le pays, la disponibilité des scientifiques et des ingénieurs, la qualité des institutions scientifiques ou encore le niveau de collaboration entre universités et entreprises pour la recherche et le développement. Le paysage des cinq meilleurs pays s'est relativement peu transformé entre 2006 et 2012. Sans grande surprise, la Suisse s'affiche comme le pays le plus intéressant au monde, suivi de près par la Finlande, les États-Unis d'Amérique, de Singapour et du Japon. Néanmoins certains pays comme le Qatar font leur entrée dans le top 30, affiché comme plus attrayant pour les entreprises que l'Allemagne, Taiwan ou Hong Kong. En Asie, l'Inde passe de la 18e à la 29e place tandis que la Chine se rapproche lentement du haut du panier en passant de la 29e place à la 24e place.

Quelles nouvelles technologies ?

Tous ces pays sont classés également selon leur capacité à développer dans les années à venir les technologies émergentes. Celles-ci ont été définies lors de la conférence du Global Agenda Council de WEF qui a eu lieu en 2010. Elles peuvent être issues de nouvelles découvertes ou sont des applications innovantes de connaissances pré-existantes. Elles comprennent tout aussi bien l'analyse de données du Big Data que la biologie synthétique, une discipline qui mêle science et ingénierie pour la fabrication de dispositifs biologiques. On y trouve par ailleurs l'utilisation du dioxyde de carbone comme une ressource mais aussi le développement de l'énergie électrique sans fil et les matériaux de taille nanométrique.