La multiplicité des contenus proposés en ligne pourrait avoir tendance à donner envie aux individus de se rapprocher de personnes les ressemblant, et d'agir de la même façon.

La cascade informationnelle, soupçonnée de jouer sur nos prises de décisions

La liberté de choix des consommateurs serait-elle déformée par l'importance qu'ont pris les technologies de l'information dans la vie de tous les jours ? C'est en tout cas ce qu'affirme dans la revue Metaphilosophy, V.F. Hendricks, professeur de philosophie de l'université de Copenhague, qui y décrit le phénomène d'« inforstorm », littéralement tempête d'informations. Ce phénomène se décomposant en trois principes – cascade informationnelle, effet de proximité et polarisation des groupes – rappelle en effet que la multitude de l'information amplifierait le besoin des individus à se conformer aux autres et leur volonté de sentiment d'appartenance, lors de leur prise de décisions en ligne. Ainsi, concernant le principe de cascade informationnelle, V.F. Hendricks la décrit comme « une situation où vous supprimez vos propres informations pour vous conformer aux croyances, aux opinions, et aux actions de ceux qui ont agi avant vous ».

Des choix faits d'après les autres

A titre d'exemple, un livre intitulé Love Letters of Great Men and Women, s'est retrouvé sur la liste des best-seller vendus sur Amazon en 2007. La raison de ce phénomène ? Une scène d'un film où l'actrice principale lit un livre qui n'existe pas intitulé Love Letters of Great Men. « Lorsque les fans du films ont cherché cela sur internet, le moteur de recherche Amazon a suggéré le vrai livre publié au 18ème siècle. Par conséquent, beaucoup de gens ont acheté un livre qu'ils ne voulaient pas », explique V.F. Hendricks. Ceci illustrerait selon lui une situation où des individus, d'ordinaires rationnels, se mettent à prendre des décisions d'après le comportement de ceux qui ont agi avant oubliant par la même occasion leur objectif premier ou de vérifier. Viennent ensuite les effets de proximité générés par le doute et le manque d'informations, et la polarisation de groupe générée par une sélection de l'information.

Des chambres d'écho dangereuses pour les institutions démocratiques

V.F.Hendricks explique que lors d'un accident, plus il y a de monde, moins il y a de chance que quelqu'un intervienne. En effet, étant dans le doute, la personne regardera autour d'elle avant d'agir, pensant que quelqu'un agira à sa place. Cela pose problème lorsque toutes les personnes pensent la même chose. Et ce phénomène s’applique également au web puisque si un utilisateur se rend sur un site de voyage par exemple, et qu’il voit que tel hôtel n’a pas ou peu de commentaires de la part d’autres utilisateurs, il va douter et n’agira pas tant que d’autres n’ont pas agi avant lui. Cet effet de polarisation de groupe pourrait être amplifié par la tendance à vouloir filtrer les informations et n'afficher que celles supposées plaire à l'internaute, c'est-à-dire celles qui correspondent à son historique de clics. D'après V.F. Hendricks, « C'est un problème de ne pas rencontrer dans nos vies en ligne des points de vue qui contredisent notre vision du monde. Cela constitue des chambres d'écho dangereuses». Reste que ce constat, s'il est juste, doit être modéré et ne peut faire figure de vérité générale. D'autres études soulignent en effet au contraire l'impossibilité de peser trop fortement sur l'opinion d'un individu. Celle publiée récemment par l'université polytechnique de Turin rappelle par exemple que son opinion de départ reste toujours la plus forte, malgré le poids que représente celle d'influenceurs ou de ses contacts.

Rédigé par Kathleen Comte
Journaliste