Le portable permettait déjà de téléphoner sans fil, avec l'émergence du bluetooth, la nouvelle tendance est de téléphoner sans les mains... Casques et oreillettes qui utilisent cette technologie...

Le portable permettait déjà de téléphoner sans fil, avec l'émergence du bluetooth, la nouvelle tendance est de téléphoner sans les mains... Casques et oreillettes qui utilisent cette technologie de connexion sans fil à courte portée rencontrent un succès fou !
 
Selon Stratgy Analytics, les ventes mondiales d'accessoires Bluetooth pour mobile ont augmenté de 153% en 2005 pour atteindre 33 millions d'unités, et devraient croître de 70% en 2006.
 
Une tendance qui peut s'expliquer par une baisse de prix, de taille et l'amélioration de la qualité. Sans oublier l'utilisation des kits mains libres, rendus obligatoires en voiture dans de nombreux pays, qui a sûrement doper les ventes.
 
Sur ce marché en plein essor, c'est l'américain Motorola, qui tire son épingle du jeu. Le deuxième fabricant mondial de combinés mobile contrôle à lui seul 28,2% du marché qui a représenté un milliard de dollars l'an dernier.
 
Jabra, filiale du danois GN Store Nord, et Plantronics, sont les deuxième et troisième acteurs du secteur avec des parts respectives de 16,3% et 12,3%.
 
Et l'invasion ne fait que commencer... Les casques mono, pour les appels vocaux, dominent les ventes, a précisé à Reuters Chris Ambrosio, directeur de Strategy Analytics, qui fonde beaucoup d'espoirs dans les casques stéréo, "qui permettent d'écouter de la musique ou de visionner une émission télé sur un portable".
 
Un nouveau marché qui devrait surfer sur la vague de music-phone qui est annoncée par les constructeurs : "un tiers des nouveaux mobiles intègrent des fonctions musicales", a expliqué Vincent Pena directeur marketing EMEA de Jabra.
 
Commercialisé à plus de 100 dollars, le mobile stéréo reste pour l'instant un luxe. Pour percer définitivement, et achever leur conquête des consommateurs, les fabricants de ces nouveaux casques devront certainement à leur tour faire un effort sur les prix...
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas - 23/06/2006)