Les publications produites par les instituts dédiés à l'innovation en Grande Bretagne seraient défavorisées par rapport à celles éditées par les écoles de business. Or elles sont un gage de visibilité non négligeable.

Les centres d'innovation pas assez visibles ?

Les centres universitaires dédiés à l'innovation manqueraient de visibilité et de reconnaissance par rapport à d'autres institutions comme les écoles de business et de management. Voilà en tout cas le postulat de chercheurs issus des universités de Géorgie, du Sussex et d'Amsterdam. Pour parvenir à cette conclusion, ils se sont basés sur les publications produites par ces différentes entités, et plus particulièrement sur le classement produit par l'Association of Business Schools (ABS), et qui en juge la qualité. Selon eux, cet index serait biaisé et favoriserait les écoles vis-à-vis des instituts d'innovation (II). Ils ont étudié les productions des trois meilleurs établissements anglais dans chaque catégorie.

Des productions plus diversifiées mais moins couvertes

En ne prenant en compte que le classement de l'ABS, les centres d'innovation sont systématiquement derrière les EBM. L'étude montre pourtant que c'est loin d'être mérité. Elle constate que plus les notations de l'ABS sont élevées plus la diversité des productions diminuent. En effet, le haut du classement est monopolisé par seulement trois champs d'étude : business, management et finance. Les publications des instituts d'innovation étant plus diversifiées que celles des écoles de business et de management (qui œuvrent presque exclusivement dans les domaines cités précédemment), elles s'en trouvent donc moins bien considérées. Pourtant les chercheurs remarquent que leurs travaux sont plus variés et couvrent un plus large champ de disciplines.

Une incidence importante sur les crédits alloués

Ils contiennent plus de références et sont plus cités par d'autres sources. Mais ils sont également moins bien couverts (50% d'articles étudiés contre 80% pour les EBM) et notés. Ce phénomène peut s'expliquer d'une part par le nombre de journaux ciglés ABS se concentrant uniquement sur les domaines d'études les plus élitistes mais également par la difficulté des publications pluridisciplinaires à s'imposer dans plusieurs champs d'activités différents. Selon les chercheurs, une conséquence serait que de nombreux investisseurs et les personnes décidant de l'allocation des bourses pour les recherches universitaires pourraient du coup moins considérer les chercheurs issus des centres d'innovation.