Ford cherche à élaborer une nouvelle alternative à l’énergie solaire pour les véhicules hybrides et électrique via des panneaux solaires sur le toit et un système de parking intelligent.

[CES] L’énergie solaire décuplée pour le rechargement des véhicules électriques

 

Les véhicules alimentés uniquement par l’énergie solaire impliquent toujours beaucoup de compromis en termes de performance, de capacité et de confort. C'est pour cette raison que le constructeur automobile Ford en coopération avec l'institut technologique de Géorgie (États-Unis) a mis au point un système permettant aux véhicules de fonctionner en grande partie grâce à l’énergie solaire. Le C-Max " Solar Energi Concept " est en effet une version améliorée du véhicule hybride ajoutant un panneau solaire souple sur le toit d’une surface de 1,5 mètres carrés, et permettant de gagner en autonomie « propre » sans passer par une prise électrique via un parking intelligent. Ce concept permettant d’augmenter la quantité d’énergie solaire qu’une voiture peut générer sera présenté à l’occasion du CES (Consumer Electronic Show) qui aura lieu du 7 au 10 janvier 2014 à Las Vegas.

Un système composé de lentilles de Fresnel pour concentrer les rayons du soleil

La technologie développée par Ford repose en grande partie sur un système de stationnement automatisé qui permet de recharger complètement la batterie de la voiture en 6 heures. Ford propose ainsi de doter le toit de celles-ci de panneaux photovoltaïque et offre des « abris » de rechargement s'appuyant type de lentilles plates, appelée lentilles de Fresnel. Ces lentilles peuvent alors concentrer les rayons du soleil en les dirigeant vers les panneaux solaires sur le toit, augmentant par dix fois la quantité d’énergie capturée sur la surface actuelle de panneaux solaires. L'idée de concentrer la lumière du soleil pour produire plus d'énergie n’est pas ancienne. Ce qui est nouveau, c'est la stratégie de réduction des coûts de Ford. Premièrement, les lentilles sont en plastique et coûtent ainsi moins chères que la dizaine de panneaux solaires auxquels elle substitue. De plus, au lieu de faire s’ajuster légèrement les lentilles avec les déplacements du soleil, comme envisagé dans le système conventionnel, c’est la voiture qui se déplace réduisant les coûts de ce système de suivi. Le logiciel de la voiture surveille la quantité de lumière du soleil récupéré par les panneaux solaires afin de s'assurer que la voiture a été déplacée au bon endroit. Enfin, le véhicule conservera toujours la possibilité de recharger sa batterie en se connectant sur une prise de courant

Une solution pas encore ubiquitaire

Toutefois, ce système ne répond pas exactement à l'idéal de la voiture alimentée par l'énergie solaire. En effet, il est difficile d'imaginer les abris de parking imaginés par Ford installés de partout (ils mesurent cinq mètres de haut et sont plus grand qu'un abri ordinaire). Et si on pouvait les envisager sur des lieux de travail et parking d’entreprises, les bornes de recharge électrique seraient moins cher. C'est pour cette raison que d'autres acteurs de l’automobile cherchent différentes approches pour utiliser l’énergie solaire afin de recharger les véhicules écologiques. Tesla Motors par exemple prévoit d'utiliser des panneaux solaires pour recharger les batteries stockées dans ses stations de suralimentation et permettre de charger rapidement les voitures électriques. Ce système est coûteux, mais peut encore produire de l'électricité à moindre coût, assez pour rivaliser avec l'alimentation d'une voiture conventionnelle avec de l'essence, d'autant que le prix des panneaux solaires et des batteries continue de baisser.

Rédigé par Manon Garnier
Journaliste