Née il y a une quinzaine d'années à Sophia-Antipolis, Micromania domine depuis le marché français avec la vente de 800 000 consoles et de 4 millions de jeux. Implantées surtout dans les centres comm...

Née il y a une quinzaine d'années à Sophia-Antipolis, Micromania domine depuis le marché français avec la vente de 800 000 consoles et de 4 millions de jeux. Implantées surtout dans les centres commerciaux, ses boutiques bleues sont devenues le point de rencontre des accrocs de la console dont l'âge moyen varie entre 10 et 17 ans et qui constituent 60 % des 620 000 cartes de fidélité de la société. Avec ses trente points de vente, l'enseigne est aujourd'hui le premier réseau spécialisé de France, détenant 12 % du marché des logiciels de jeux vidéo et 8 % pour les appareils. Réalisant un chiffre d'affaires global de 210 millions de F, Micromania emploie 150 salariés. Fort de son expérience en France, son président Albert Loridan convoite désormais l'Europe tout en souhaitant, d'ici l'an 2000, doubler ses parts de marché en ayant une centaine de magasins. L'ouverture des premières boutiques en Espagne est programmée pour cette année. Anticipant aussi sur le marché, Micromania s'apprête à lancer un nouveau type de magasin de vente de jeux vidéo recyclés (cinq boutiques) pour des produits dont la durée de vie est de plus en plus courte (moins de deux mois). C'est aussi le concept d'un site d'hébergement de jeux sur Internet, Netstadium, géré par sa filiale Azursoft, accessible pour l'heure à partir de quatre grandes villes de France. Micromania prévoit aussi, via une boutique virtuelle accessible aux amateurs de jeux vidéo du monde entier, un service de vente de jeux sur Internet. (La Tribune - 28/04/1998)