quartiers, il faut bien le reconnaître, les compagnies de transport public souffrent d'une image d'insécurité. Comme il est impossible de mettre une patrouille de police dans chaque bus, la société ...

quartiers, il faut bien le reconnaître, les compagnies de transport public souffrent d'une image d'insécurité. Comme il est impossible de mettre une patrouille de police dans chaque bus, la société française Sereso Electronique et l'Allemand Kontron Electronik proposent, non pas un "flic électronique", mais un "samu électronique". Dans ce cas, le chauffeur de bus appuie, en cas d'agression, sur une pédale déclenchant ainsi par radiocommunication une balise de détresse avertissant le poste central de sécurité de la compagnie de transport. Doté d'une boîte noire comportant un module GPS, le bus est immédiatement repéré sur une cartographie numérique. L'information est alors répercutée vers des voitures "suiveuses" (police nationale ou compagnie des transports) équipées d'un ordinateur de bord comprenant un écran couleur, un module GPS, un modem de radiocommunication et un système de radionavigation géographique. La position du bus en détresse ainsi que le chemin le plus rapide pour s'y rendre apparaissent alors sur l'écran . Baptisé "Car-PC" ce système sera testé le 19 juin dans la région de Marseille-Provence. La carte électronique de radionavigation s'intégrant à l'ordinateur de bord a été conçue par Sereso Electronique. Kontron Electronic a, quant à elle, élaboré son ordinateur sur la base d'un PC industriel (Intel 80486DX4/75, Ram, 16 Mo, DD 820 Mo) résistant aux chocs, aux vibrations et aux températures élevées (85°C). Système d'exploitation : DOS 6.22, Windows 3.11 ou Windows 95. Sont aussi envisagés une prise clavier et un système de dictée vocale. (O1 Informatique - 13/06/1997)