Les chercheurs ont développé un prototype de caméra inspiré par les yeux d'insectes. Ces appareils offrent une vision bien plus claire que celle des yeux humains.

Des chercheurs développent une caméra de pointe sur le modèle des yeux d’insectes

 

Aujourd'hui, les caméras vidéo sont équipées d'une seule lentille, sur le modèle de l'œil humain qui ne dispose que d'un seul tissu sensible à la lumière. Cependant, les arthropodes – animaux invertébrés à exosquelette – pourraient être la clé du développement de caméras plus sophistiquées. Les yeux composés d'insectes comme les abeilles ou les libellules leur offrent un champ de vision extrêmement large, une sensibilité élevée au mouvement et un sens aigu de la profondeur. Des chercheurs de l'université de l'Illinois, à  Urbana-Champaign, ont développé un prototype qui imite la structure des yeux de ces insectes.

Lentilles composées pour une vision aiguë

Les yeux des arthropodes sont composés de centaines d'organes photosensibles. La version artificielle des chercheurs est composée de 180 micro-lentilles, assemblées entre elles et posées sur une surface plane de photodétecteurs siliconés. La structure composée plate est ensuite gonflée dans une forme hémisphérique qui permet un champ de vision à 160°. Chaque lentille est pointée sur une direction différente, permettant ainsi un focus simultané sur différents objets, à différentes profondeurs de champ.

Des applications qui vont de la santé à l'aide aux victimes de catastrophes

Selon les propres déclarations des chercheurs, la version de ce de prototype correspond au « bas de gamme d'un œil d'insecte », comme les fourmis de feu ou les scolytes, dont la vue n'est pas très bonne, en fait. Mais l'équipe a l'intention de développer d'autres versions offrant une meilleure résolution pour atteindre le niveau de résolution des libellules, qui exige 20 000 micro-lentilles. Ces caméras pourraient avoir de nombreuses applications, et devraient s’avérer particulièrement utiles dans le secteur de la santé, pour des endoscopies, et dans les cas de catastrophes. Elles pourraient par exemple permettre de discerner des corps ensevelis sous un immeuble effondré.

 

Rédigé par Alice Gillet
English editorial manager