De 100 000 machines en Chine au début des années 90, on est passé en 1998 à 3,9 millions de PC vendus, dont 1,27 million à des particuliers. Après avoir progressé de 28 % entre 1997 et 1998 (sur l...

De 100 000 machines en Chine au début des années 90, on est passé en 1998 à 3,9 millions de PC vendus, dont 1,27 million à des particuliers. Après avoir progressé de 28 % entre 1997 et 1998 (sur les neuf premiers mois de l'exercice), le marché devrait un peu ralentir cette année (+ 22 %). On estime pour 1998 le chiffre d'affaires de cette industrie à 108,5 milliards de F, plus 20,3 milliards de F pour les programmes. En Chine, un PC coûte entre 7 000 et 15 000 F, largement au dessus d'un salaire annuel, mais qu'importe, les Chinois sont prêts à dépenser cette somme pour leur enfant unique chéri. Le gros du marché revient aux machines de fabrication chinoise qui, à puissance égale, coûtent 30 % de moins en moyenne que les fabrications américaines ou japonaises. Chaque année, la Chine gagne une place dans le classement des grands marchés de l'informatique. En 1998, elle se situait au cinquième rang derrière les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne et la Grande-Bretagne . Kitty Fok du cabinet de consultant international Data Corp affirme "elle devrait faire partie du groupe des trois premiers en 2002. Les joueurs locaux vont continuer à marquer des points contre les multinationales. Les groupes internationales ne peuvent en rien menacer les entreprises chinoises dans l'équipement des administrations, des petits bureaux et des particuliers". En 1997, la société Legend est passée devant IBM en comprimant ses coûts de fabrication de 30 % et en dégageant un bénéfice de 7 milliards de F (21 milliards de F de profits sont attendus en 2000). De 18 personnes en 1994, ses forces de vente sont composées aujourd'hui de 2 000 personnes, envoyées très souvent aux Etats-Unis pour des compléments de formation. Cotée à la Bourse de Hongkong, Legend est sous le contrôle direct du gouvernement. Son succès est impressionnant et les Américains sont les premiers à le reconnaître. La plupart des grandes entreprises étrangères ont très vite compris, Intel en tête, qu'il fallait monter dans le train du succès chinois. Réalisant que les consommateurs chinois exigeaient des processeurs dernier cri, Intel vend ses meilleurs produits à tous ceux qui les demandent et multiplie les partenariats. De son côté, IBM multiplie les joint-venture avec Legend pour le développement de programmes en chinois ou pour fabriquer, en association avec Legend des PC sous la marque Grande Muraille. (Le Figaro - 12/01/1999)