Nokia vient d'annoncer l'ouverture de son sixième centre de recherche et développement sur les infrastructures de mobiles en Chine. Basé à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, ce centre...

Nokia vient d'annoncer l'ouverture de son sixième centre de recherche et développement sur les infrastructures de mobiles en Chine. Basé à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, ce centre s'occupera de développer des applications mobiles pour les appareils de troisième génération (3G).

En Chine, les appareils sophistiqués mis au point par Motorola ou Nokia ont bien plus de succès que les productions locales, qui sont plutôt du niveau entrée de gamme. Or, les fabricants étrangers investissent massivement en Chine. Ils ne veulent pas passer à côté d'un marché qui compte déjà 350 millions de consommateurs et qui devrait exploser dans les années à venir.

Fatalement, les constructeurs chinois accusent le coup. Ainsi, les deux principaux viennent de publier de lourdes pertes trimestrielles, victimes de l'accroissement de la concurrence sur leur secteur. Le numéro un, Ningbo Bird, accuse une perte de 133,25 millions de yuans (16,45 millions de dollars) au deuxième trimestre 2005, tandis que son second, TCL (Communication Technology Holdings) affiche sa troisième perte trimestrielle consécutive avec 467 millions de dollars de Hong-Kong.

Alors que le cycle de vie des appareils ne cesse de diminuer, les constructeurs chinois sont incapables de suivre la cadence imposée par les leaders du marché au niveau mondial.

(Atelier groupe BNP Paribas - 30/08/2005)