La sortie simultanée des films hollywoodiens en salle et en DVD sonnerait-elle le glas du grand écran ? La baisse de fréquentation des salles obscures conduit les maisons de production à...

La sortie simultanée des films hollywoodiens en salle et en DVD sonnerait-elle le glas du grand écran ? La baisse de fréquentation des salles obscures conduit les maisons de production à envisager un raccourcissement, voire une suppression définitive, du délai entre la sortie d'un film en salle et sa sortie en DVD.

Les studios hollywoodiens tirent la majeure partie de leurs revenus de l'exploitation des DVD et pour eux, le passage des films au cinéma n'est plus guère qu'une façon d'assurer la promotion de leurs produits. "Si j'entends une chanson qui me plait à la radio, on ne me dit pas d'attendre cinq mois pour acheter le CD", explique Todd Wagner, partisan de la suppression de ce délai.

Todd Wagner est le co-fondateur de 2929 Entertainment, société de production qui sera bientôt la première à tester la sortie simultanée en salles et en DVD. Cet essai portera sur six films à petit budget du célèbre réalisateur Steven Soderbergh, qui sortiront en même temps au ciném, en DVD et à la télévision ! Les propriétaires de salle ont immédiatement déclaré qu'ils boycotteraient ces films.

Le laps de temps qui sépare la sortie d'un film en salle de sa sortie en DVD a déjà considérablement diminué. Aux Etats-Unis, le film XXX : State of the Union est sorti en DVD alors qu'il était encore à l'affiche, 11 semaines après son lancement.

Le risque est de voir un grand studio s'intéresser à la question, le manque à gagner pour les propriétaires de salles obscures pourrait se révéler très important. Robert Iger, PDG de Walt Disney, a justement évoqué cette possibilité. Pour lui, il est dommage de ne pas profiter de la campagne de lancement d'un film pour également promouvoir le DVD du film en question.

Entre de telles perspectives, l'essor de la vidéo à la demande et l'équipement de plus en plus important des foyers en kits de home cinéma, les salles obscures ont du souci à se faire...

(Atelier groupe BNP Paribas - 05/09/2005)