Sanction exemplaire : A 20 ans, Jeanson Ancheta a été reconnu coupable d'être à la tête de milliers d'ordinateurs zombies. Un juge fédéral vient de le condamner à 5 ans de prison, suivis de trois...

Sanction exemplaire : A 20 ans, Jeanson Ancheta a été reconnu coupable d'être à la tête de milliers d'ordinateurs zombies. Un juge fédéral vient de le condamner à 5 ans de prison, suivis de trois ans de liberté surveillée, pour violation de la loi contre les spams et les publicités, ainsi que pour ses attaques contre des sites en ligne. C'est la peine la plus lourde jamais prononcée à l'encontre d'un pirate informatique.
Jeanson Ancheta était à la tête d'environ 400.000 PC zombies , des ordinateurs préalablement infectés par un ver informatique ou un cheval de Troie, et ensuite assemblés en réseaux commandés à distance qui peuvent être exploités pour l'expédition massive de pourriels.
Sous le pseudo Botz4Sale, son réseau d'ordinateurs zombies qui comptait même des machines localisées dans la division de l'armement de la marine américaine de China Lake, et aussi sur des machines du département de la Défense , lui permettait d'engranger des bénéfices juteux.
Moyennant rémunération, le pirate mettait son bataillon au service d'autres cyber criminels, afin de propager rapidement des virus, d'émettre des spams et des publicités en masse, ou de lancer des attaques contre des sites hébergés sur la Toile. Un commerce qui s'est avéré lucratif puisque le jeune homme a reconnu avoir perçu plus de 100 000 dollars en vendant ses services.
Bien qu'en janvier dernier le jeune homme ait plaidé coupable, le juge fédéral a qualifié le délit "d'important, grave et sophistiqué" et a prononcé une peine exemplaire : 57 mois de prison, assortie d'une amende de 15.000 dollars qu'il devra reverser à un centre militaire piraté . Son matériel informatique ainsi que 60.000 dollars en liquide ont également été saisis.
Il s'agit de la première affaire de ce type à être jugée aux Etats-Unis. Elle aura sollicité les services du FBI, de la division d'enquête criminelle de la Navy , et des agents du Defense Criminal Investigative Service.

(Atelier groupe BNP Paribas - 11/05/2006)