La ville de Mérignac propose un service géolocalisé sur téléphone portable, qui permet aux riverains de faire part aux services municipaux de problèmes survenus dans l'espace public.

Pour renforcer la relation entre la collectivité et les citoyens, il faut savoir mettre en place des solutions qui correspondent aux usages de ces derniers. C’est du moins le pari de la ville de Mérignac, qui parie sur la géolocalisation pour améliorer le service offert à ses habitants. Baptisée "Léon", cette solution repose sur l’utilisation du mobile par les riverains. Ceux-ci peuvent accéder via leur téléphone portable, à une plate-forme mise à leur disposition en ligne. Une carte géographique de la collectivité s’affiche, sur laquelle ils peuvent signaler des dysfonctionnements ou des incidents auxquels ils ont été confrontés dans l’espace public.

Signaler les incidents sur une carte

"Il s’agit d’un système de géolocalisation des incidents de proximité, classés en différentes catégories", explique à L’Atelier Franck Descoubes, directeur de cabinet et responsable du projet. En clair, l’interface se compose sur la gauche d’une carte - qui prend la forme d’une API de Google - et sur la droite de huit pictogrammes, allant de "circulation" à "propreté de la ville", en passant par "voirie", "signalisation", ou encore "éclairage de rue". "Lorsqu’une personne repère une branche qui menace de rompre dans un parc public, par exemple, il lui suffit de se connecter à la plate-forme, et de cliquer sur l’icône correspondante pour signaler le risque", précise le responsable.

Transparence et obligation de résultat

Point important : avant de préciser la nature du problème constaté, l’utilisateur doit préalablement s’identifier, en entrant son nom et prénom. Une fois l’opération effectuée, un mail est automatiquement envoyé au service concerné. "On est dans la transparence de la résolution du problème", indique Franck Descoubes. Et d’ajouter : "Ce système engendre une obligation de résultats, dans la mesure où tout le monde peut suivre la gestion de la requête par les autorités compétentes". A noter : le service est pour le moment accessible sur la Toile, depuis un ordinateur ou un téléphone. Mais une application mobile est en cours de développement, et sera disponible pour iPhone et Android dès le mois de février.