Financé par l'Union européenne et coordonné par le CNRS, le projet StratusLab vise à renforcer les infrastructures de calcul distribué, utilisées par des milliers de chercheurs, en s’appuyant sur le Cloud Computing. La première version du logiciel vient de voir le jour.

Le Cloud pour aider les organismes de recherche à gérer leurs pics de charge

Un an après le lancement du projet, la toute première version de production du logiciel StratusLab 1.0 vient de voir le jour. Son originalité ? Intégrer les technologies de Cloud Computing aux infrastructures de grille. Ces dernières sont utilisées par des milliers de chercheurs dans de nombreux domaines scientifiques. La « boîte à outils » StratusLab facilite la gestion de ces grilles de calcul et les autorise à utiliser le Cloud Computing commercial afin de répondre aux pics de demandes en ressources. Le logiciel permet aussi aux organisations qui ont déjà un réseau d’offrir un service de Cloud aux utilisateurs académiques. Ce projet profitera à un large éventail d'utilisateurs : les scientifiques, qui peuvent utiliser ce système pour leurs analyses, les administrateurs système et les techniciens hardware, qui sont responsables du fonctionnement des services de grilles et de la maintenance du matériel et des infrastructures des divers centres de ressources.

De nombreuses disciplines concernées

 

Ce projet, qui regroupe six organismes européens* est financé à hauteur de 2,3 millions d’euros. StratusLab peut être utilisé par les chercheurs de diverses disciplines, de la physique des particules avec le LHC, jusqu’à la bio-informatique, en passant par la médecine, la biologie, la géophysique, les sciences sociales ou l’informatique. La souplesse du Cloud permet de fournir aux chercheurs un moyen simple d'accéder aux services informatiques et aux applications nécessaires pour analyser des quantités très importantes de données. StratusLab permet une gestion simpifiée, une meilleure qualité et une économie d’énergie des sites informatiques. 


Une base open-source

Tandis que les grilles de calcul font le lien entre des ordinateurs et des données dispersées à travers le monde sur des objectifs communs, les plates-formes de cloud computing offrent des ressources virtuelles à la demande via internet, sans avoir à investir elles-mêmes directement dans de nouvelles infrastructures. En pratique, StratusLab s’appuie sur la plate-forme open-source OpenNebula, l’un des outils Cloud les plus intéressants pour ses capacités d’administration. Il permet de déployer et d’allouer des machines virtuelles à la demande de manière très efficace. Son point fort : savoir gérer des ressources hétérogènes et savoir dynamiquement redimensionner les ressources. 

 
 

*Le projet Stratuslab réunit six organismes en Europe. Deux laboratoires du CNRS sont impliqués : le Laboratoire de l'accélérateur linéaire – LAL (CNRS/Université Paris-Sud 11) et l'Institut de biologie et chimie des protéines - IBCP (CNRS/Université Lyon 1). En parallèle, l’équipe StratusLab France participe aux réflexions en cours, au sein du Groupement d’intérêt scientifique (GIS) France Grilles, sur la complémentarité entre le Cloud Computing et la grille informatique.