Le fait que les individus possèdent plus d'appareils connectés, et donc plus de contenus digitaux qu'ils veulent consulter en permanence, favorisera l'adoption de services dans les nuages pour les stocker.

 

Les services dans les nuages bénéficieront du fait que les réseaux 4G vont se populariser. Et surtout que le nombre de données et de contenus numériques augmente avec celui des appareils proposés sur le marché (ordinateurs portables, smartphones, tablettes…), note GfK dans une étude. Qui estime ainsi que les consommateurs devraient prochainement ressentir le besoin d'héberger leurs contenus sur ces solutions en cloud. Mais cela, seulement si certains obstacles sont dépassés, notamment au niveau de la perception qu'ont les individus de ces plates-formes. Selon le cabinet, si près de la moitié des personnes est au courant de ce que signifie le terme "cloud", seulement 9 % avouent véritablement maîtriser le concept. En tout, ce sont plus de 60 % qui expliquent soit mal connaître soit ne pas connaître du tout ce que signifie un service dans les nuages. 
 

Une question générationnelle ? 

 
En ce qui concerne l'envie de passer à des solutions d'hébergement déportées, IDC relève que celle-ci dépend en partie de la génération à laquelle appartient l'individu : six utilisateurs entre 18 et 35 ans sur dix se montrent prêts à migrer leurs données, contre un quart des personnes de 50 ans et plus. Les principales raisons de la frilosité ? La sécurité, d'abord. Plus de 60 % se montrent préoccupés de la protection de leurs informations si elles ne sont pas sur leur PC. "Les consommateurs font aujourd'hui face à des défis similaires à ceux vécus précédemment par les entreprises, qui ont eu besoin de trouver les moyens de gérer en toute sécurité d'importantes quantités de données", note Rob Barrish, vice-président senior de GfK Business & Technology. La simplicité, ensuite. 
 

De la simplicité et de la sécurité 

 
Près de la moitié des personnes interrogées expliquent qu'elles ne voudront pas utiliser de tels services si ceux-ci ne sont pas très faciles d'accès et d'utilisation. Enfin, une quarantaine de pourcent montre des réticences si elle ne peut pas profiter de son contenu sur tous les appareils qu'elle possède. "Quand les données seront stockées dans les nuages, il sera important pour les marketeurs de garder à l'esprit que les consommateurs veulent être capable d'accéder à leur contenu depuis plusieurs appareils et sur différentes plates-formes", poursuit ainsi le responsable. L'étude a été menée en ligne sur deux jours de mars auprès de mille adultes âgés de 18 ans et plus.