Exosquelettes, objets connectés, réseaux sociaux... Tous se sont donnés rendez-vous au Brésil pour vibrer avec la coupe du monde de football qui se déroulera du 12 juin au 13 juillet 2014.

CM2014 : Un carnaval high-tech au pays de la samba

Il y a quelques temps, nous nous posions la question suivante : Le football laissera-t-il enfin la technologie rentrer sur son terrain ?

Si le recours à la vidéo sur les actions litigieuses semble une nouvelle fois rester sur la touche, cette coupe du monde au Brésil s'annonce être la plus high-tech de toutes !

Ça y est ! Les arbitres vont enfin être dotés d'une assistance pour valider les buts ! Une première ! Le dispositif appelé "Goal line technology" est composé de 7 caméras sur chaque but, d'antennes magnétiques placées à l'intérieur des montants, d'une puce à l'intérieur du ballon ainsi que d'une montre connectée portée par l'arbitre central. Ainsi, si le ballon franchit la ligne d'embut, la montre se mettra à vibrer et affichera "GOAL" sur son écran. Cela permettra de rééditer des situations litigieuses comme lors du Mondial Sud-Africain dans le huitième de finale opposant l'Allemagne à l'Angleterre. La Mannschaft l'avait emporté 4-1, mais les "three lions" s'étaient vus injustement refuser un but égalisateur à 2 - 2. Pour anecdote, la "Goal line technology" est "made in Germany".

 

 

L'Internet des objets entre donc progressivement sur le terrain d'un sport qui a longtemps résisté à la high-tech. En parallèle du Mondial, Adidas lance son ballon connecté, 1er du genre. Le "smart ball" devrait permettre d'enregistrer de nouvelles données telles que la trajectoire, la vitesse de frappe ou encore la rotation du ballon. Affaire à suivre dès l'Euro 2016 sans doute.

Revenons à Saõ Paulo un instant pour parler de la cérémonie d'ouverture de la compétition. La robotique aussi aura sa part de visibilité. Le coup d'envoi sera donné dans l'Arena Corinthians par un(e) jeune brésilien(nne) paraplégique. Équipé(e) d'un exosquelette, il (ou elle) se lèvera de son fauteuil roulant, marchera jusqu'au centre du terrain, puis donnera le "first kick". Cet exosquelette est contrôlé par l'activité cérébrale de son porteur via un casque muni d'électrodes captant les signaux électriques du cerveau ainsi que d'un ordinateur. Une équipe de 156 scientifiques a été nécessaire pour réaliser ce projet baptisé " BRA-Santos Dumont", un clin d'œil à Alberto Santos-Dumont, un riche héritier franco-brésilien excentrique, pionnier de l'aviation à la fin des années 1800 - début 1900.

Les réseaux sociaux seront plus que jamais dans la danse pour vivre cet événement. Outre les selfies partagées par les équipes nationales, Twitter s'est mis aux couleurs du Brésil et propose une page dédiée à la coupe du monde. Celle-ci rassemblera les tweets marqués par les hashtags #CM2014 #WorldCup, #Coupedumonde #CDM2014, les messages des joueurs, des entraîneurs des équipes, des journalistes, le calendrier des matchs, ainsi que des photos et vidéos... Pendant toute la compétition, les twittos pourront également élire l'homme du match en utilisant le hashtag #ManoftheMatch et en mentionnant le compte Twitter @FIFAcom. Twitter réinstaure également le "hashflag" qui permet d'afficher le drapeau d'un pays dans un tweet. Il suffit d'utiliser un dièse suivi des trois premières lettres du pays. Par exemple pour la France, il faut faire #FRA.

Facebook a également sa page dédiée au Mondial Brésilien permettant de suivre l'événement. Une carte des fans a également été lancée pour savoir où se trouve les fans de Lionel Messi ou Karim Benzema. Une sorte de baromètre géographique du fan.

Google s'est mis aux couleurs brésiliennes et arbore un doodle dédié en ce 12 juin.

Google Doodle Coupe du Monde 2014

En marge de la compétition, une autre image a fait le buzz sur les réseaux sociaux, celle du peintre Paulo Ito qui a réalisé un graph d'un petit garçon à table, pleurant devant son assiette où se trouve uniquement un ballon de football. Cette image est devenue l'emblème de la contestation sociale au Brésil.

Paulo Ito

Rédigé par Claire Cavret
Social Media Manager