L'institut des Grilles fédère sous une bannière commune tous les chercheurs du CNRS impliqués dans les grilles de calcul. Cela concerne aussi bien la recherche expérimentale que les travaux opérationnels...

L'institut des Grilles fédère sous une bannière commune tous les chercheurs du CNRS impliqués dans les grilles de calcul. Cela concerne aussi bien la recherche expérimentale que les travaux opérationnels.
 
Quinze laboratoires, deux instituts nationaux, 150 chercheurs et ingénieurs spécialistes du calcul distribué. Tous ces moyens techniques et humains seront dorénavant coordonnés depuis une structure, joliment baptisé Institut des Grilles. Pour mémoire, les grilles de calcul ou "grid" sont des systèmes informatiques très efficaces pour des calculs intensifs. Ils sont constitués d'une multitude de calculateurs en réseaux.
 
L'emblématique Seti@home
 
Ces calculateurs peuvent aussi bien être des ordinateurs personnels effectuant des petits bouts de tâche que des supercalculateurs en mode collaboratif. Le tout est orchestré par un outil d'ordonnancement de tâches, qui lance les calculs et récupère les résultats en passant par un logiciel d'intermédiation (middleware). Les exemples grand public les plus connus sont le Seti (Search for Extraterrestrial Intelligence) et le Decrypthon (réalisé techniquement avec le CNRS).
 
80% des efforts hexagonaux
 
C'est donc un ordonnanceur d'équipes de recherche dont se dote le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). L'Institut des Grilles n'est pas anecdotique. Selon le Centre National, il regroupera 80% des efforts dans la grille de production (dont EGEE, Enabling Grids for E-sciencE) et fédérera également de nombreux travaux dans les grilles de recherche (Grid5000). Outre ce rôle de coordinateur, l'Institut deviendra l'évangéliste de la grille auprès des partenaires européens, et auprès du grand public.
 

(Atelier groupe BNP Paribas - 05/09/2007)