d’Internet. Le projet de recommandation présenté hier par la COB, lors des Entretiens 1998 consacrés cette année aux “marchés financiers à l’heure d’Internet”, comporte huit recommandations en form...

d’Internet. Le projet de recommandation présenté hier par la COB, lors des Entretiens 1998 consacrés cette année aux “marchés financiers à l’heure d’Internet”, comporte huit recommandations en forme de “règles de conduite liées à la spécificité d’Internet”. La première recommandation porte sur la responsabilité de la société cotée ouvrant un site sur Internet. La seconde concerne le libellé des informations. La troisième caractérise la mise à jour des informations, tandis que la quatrième organise la diffusion proprement dite des informations. Tout ne n'obligeant pas encore les sociétés cotées à diffuser, via Internet, tous les documents qu’elle a visés ou approuvés, la COB formule simplement le souhait qu’il en soit ainsi, grâce à un lien avec le site de la COB ou directement sur le site de la société. Sa sixième recommandation porte sur l’authentification des informations. La COB fixe aussi un cadre pour les reprises d’analyses financières et stipule que ces textes “doivent être fidèles aux arguments et opinions de l’analyste”. La septième recommandation porte sur des principes d’exhaustivité et de transparence sur la diffusion des données boursières, la huitième encadrant, pour sa part, la messagerie des sites dans les règles de protection usuelles de la vie privée.

A l’occasion de ses entretiens annuels, la COB a rendu public un sondage effectué par la Sofres auprès de 900 détenteurs de valeurs mobilières issus de son panel “Actionnaires”. Un épargnant sur cinq à aujourd’hui accès à Internet (14 % sur le lieu de travail et/ou 10 % à leur domicile). Les premiers utilisateurs d’Internet sont des cadres supérieurs et les professions libérales (67 %), les jeunes (34 % pour les 25/34 ans et 38 % pour les 35/44 ans). 37 % habitent dans l’agglomération parisienne. Les principales utilisations d’Internet sont pour 84 % du panel (18 % des épargnants français) les recherches documentaires et pour 68 % (15 % des épargnants) la messagerie électronique. Moins de 2 % des épargnants français utilisent Internet pour gérer leur portefeuille financier. Le plus souvent, il s’agit de portefeuilles importants (600 000 F et plus). Les personnes interrogées préfèrent en règle générale le contact direct avec leur chargé de comptes (71 % pour la confidentialité des informations, 62 % pour le conseil). (Le Figaro les Echos l’Agefi La Tribune 20/11/1998)