Un an et demi après la plainte de la Commission européenne contre Microsoft pour abus de position dominante, la commissaire à la concurrence, Neelie Kroes, étudie des charges qui pèseraient à...

Un an et demi après la plainte de la Commission européenne contre Microsoft pour abus de position dominante, la commissaire à la concurrence, Neelie Kroes, étudie des charges qui pèseraient à nouveau sur le géant de Redmond. Le jugement précédent, dont on attend toujours le dénouement de l'appel s'était soldé par le versement d'une amende de 497 millions d'euros.

Mme Kroes explique qu'elle ne compte pas attendre que le premier jugement arrive à sa fin pour prendre de nouvelles mesures. "Nous avons eu des plaintes et nous prenons le temps de les examiner. Nous n'attendront pas les bras croisés sans rien faire."

Les nouvelles plaintes sembleraient se focaliser sur l'intégration dans la version à venir de Windows, de Microsoft Office et de Outlook. Aucun traitement de texte ou programme de réception de courriels ne peut concurrencer les programmes de Microsoft s'ils sont compris dans le système d'exploitation Windows Vista.

Microsoft répond qu'il tient la Commission européenne informée de toutes les innovations qu'il prévoit d'insérer dans son nouveau système d'exploitation. "Nous avons tenu la Commission informée de très près de tous les plans de développement technologique de Microsoft et nous continuerons à répondre rapidement aux demandes de précision", a déclaré Horacio Gutierrez, un membre de la direction de Microsoft en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

L'année dernière, Microsoft avait dû commercialiser une version de Windows sans Media Player. A quand une version de Windows sans Word ni Outlook ?

(Atelier groupe BNP Paribas- 20/09/2005)