MyRobots offre des fonctions de réseaux sociaux non pas à des êtres humains mais à des robots. Ces derniers pourront poster d'eux-mêmes des messages à l'attention de leur propriétaire ou s'échanger des informations.

La communication homme-machine passe par un réseau social

Le site de e-commerce spécialisé en robotique RobotShop.com vient de lancer MyRobots, un service hébergé dans les nuages permettant notamment aux robots et autres objets intelligents d'échanger des informations entre eux ou avec leur propriétaire. Basé sur la plate-forme open source ThingSpeak (spécialisée en transmission et stockage de données), le système prend tout d'abord la forme d'une sorte de réseau social classique, type Facebook ou Twitter. Chaque utilisateur inscrit ses robots qui peuvent ensuite se connecter librement à Internet (soit nativement via une fonction dédiée, soit à l'aide d'un terminal physique vendu par RobotShop) grâce à une clef API unique dédié, fourni par le réseau social. La machine peut ensuite faire transiter sur le site des messages textuels à caractère informatif. Cela peut aller du niveau de batterie au taux de remplissage du sac d'un aspirateur.

Une communication entre machines et avec le propriétaire

"Ce système devrait permettre de faciliter grandement la maintenance de ces appareils, qui pourront fournir à leur statut à leur propriétaire à tout moment", explique Mario Tremblay, président de RobotShop. Surtout, chaque machine appartenant à un même utilisateur pourra "communiquer" avec ses comparses. A terme, les créateurs du site espèrent qu’un réfrigérateur dont la porte a été laissé ouverte pourra demander, à travers le réseau social, à l'aspirateur automatique de la maison de se déplacer contre celle-ci pour la fermer. Les possibilités sont virtuellement nombreuses mais à l'heure actuelle, le système n'en est encore qu'à ses débuts. Notamment parce que très peu de modèles de robots sont compatibles avec la plate-forme.

Un service voué à la monétisation

Si l'accès à MyRobots est pour l'instant gratuit, cela devrait évoluer dans le futur. Chaque robot devra disposer d'un "jeton" virtuel (achetable contre une certaine somme d'argent) par mois pour communiquer sur le réseau. Le service cloud devrait également ouvrir un magasin d'applications robotiques en ligne, MyRobots conservant 25% des transactions effectuées. Les différents codes sources de la plate-forme sont également accessibles gratuitement (pour l'instant) permettant à chacun de développer ses propres applications compatibles. Le réseau pourrait aussi servir de base de commentaires automatiques afin que les constructeurs de robots puissent détecter les principales défaillances de leurs machines plus rapidement.