Les projets de santé mobile ne sont pas toujours fructueux. Pour remédier à cela, se concentrer sur les patients, leurs données et leur surveillance devrait être au cœur des considérations des projets de santé mobile.

Communication, temps réel et surveillance font le succès des projets de m-santé

Parmi les centaines de projets de m et e-santé que l’on retrouve à travers le monde, la plupart d’entre eux se confrontent au problème de l’attitude conservatrice de nombreuses personnes et au besoin de développer une culture de l’information au sein des services de santé. Il semblerait ainsi qu’il ne faille pas perdre de vue que la m-santé n’est pas une solution, mais qu’il s’agisse d’un support qui améliore les capacités des services concernés. Si la technologie peut parfois être une barrière à l’adoption d’un projet de santé mobile, il n’en reste pas moins que certains projets réussissent grâce à leur simplicité d’usage. En prenant l’exemple de trois de ces initiatives concluantes, l’article mHealth : A Vital Link for Ubiquitous Health note trois points vitaux que les professionnels de la santé ne devraient pas oublier : la construction d’une meilleure perception des enjeux comme des patients, la capture de données en temps réel et la surveillance des patients à distance.

Contrôle et collecte de données

ENACQKT, un acronyme pour Enabling Nurses Access for Care Quality Knowledge through Technology, présent dans les Caraïbes, a participé a la mise en place de senseurs à l’intérieur d’établissements de santé. La mise en place de réseaux géolocalisés et de senseurs servant à surveiller la pression artérielle des malades leur ont permis d’améliorer la qualité de leur surveillance des patients. Les senseurs n’étaient pas reliés à des patients particuliers mais situés à des endroits clef, ce qui a permis au personnel médical de couvrir l’intégralité de la zone désirée. Le deuxième point crucial pour les projets de santé mobile à venir, la capture de données en temps réel, est exemplifiée par le projet EpiSurveyor. qui possède 8000 utilisateurs sur 170 pays différents, constitue un exemple où la collecte de données est considérée comme vitale. EpiSurveyor est en effet une application en open-source qui aide les médecins et autres membres des services de santé à rassembler des informations utiles et à les partager. Cette application apporte une solution rapide, efficace et à bas coût qui peuvent manquer à certains projets de santé mobile. 

Une communication à ne pas oublier

Le projet pris en compte par les auteurs de l’étude, et qui met en avant la communication entre le personnel de santé et les patients, est le Mobile Technology for Community Health (MoTeCH), au Ghana. Ce projet vise l’information des femmes enceintes et des jeunes mères, en leur envoyant des messages textes ou vocaux, et une seconde application qui informe le personnel sur place quant à la surveillance de leur patient. Ce projet, qui a pu souffrir du manque d’infrastructures locales et du problème de communication entre les différentes langues, met néanmoins en évidence, pour les auteurs, à la fois l’importance de la communication et la place de la messagerie dans la m-santé. Cependant, et malgré tous les conseils qu’elle peut prodiguer aux patients, l’étude rappelle toutefois que les services de messagerie de santé mobile ne peuvent

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur