A travers le monde, des millions de personnes essayent d'établir leur diagnostic médical en entrant leurs symptômes en ligne. Aujourd'hui, Internet sert aussi à choisir son médecin ou son...

A travers le monde, des millions de personnes essayent d'établir leur diagnostic médical en entrant leurs symptômes en ligne. Aujourd'hui, Internet sert aussi à choisir son médecin ou son hôpital. Les compagnies d'assurance américaines fournissent des sites où sont rassemblées de nombreuses données comme le nombre de patients traités annuellement par le médecin ou le taux d'opérations qui ont été suivies de complications.

Aux Etats-Unis, c'est souvent l'entreprise où l'on travaille qui fournit un contrat d'assurance santé. Sharon Baldwin, une porte-parole de General Motors a déclaré : "Nous pensons que les consommateurs américains devraient en savoir autant sur les soins médicaux qu'ils vont recevoir que sur la voiture qu'ils vont acheter." Comme on compare les prix du produit que l'on veut s'offrir, on compare les performances du médecin que l'on va consulter. Et même, parfois, les prix des consultations !

"Nous avons des informations très complètes dans certains domaines mais dans d'autres, nous n'en avons aucune.", explique le docteur Carolyn Clancy, la directrice de la federal Agency for Healthcare Research and Quality, qui travaille à la standardisation de l'obtention des données.

Tout le monde peut, aujourd'hui, se rendre sur le site du Département de la santé qui s'appelle "Comparaison d'hôpitaux" (hospitalcompare.hhs.gov). Il utilise les données rapportées par les assurances santé des démunis et des personnes âgées pour fournir des rapports sur 4000 hôpitaux américains.

Les compagnies d'assurance privées essayent de permettre un accès à encore plus d'information que le site fédéral. Hier, par exemple, Wellpoint, la plus grosse compagnie d'assurance des Etats-Unis a annoncé que ses 28 millions de membres peuvent se connecter à un nouveau service. Il permet de calculer le coût potentiel de différentes consultations selon la formule de couverture médicale choisie.

"Beaucoup d'incidents se produisent dans les hôpitaux", explique une représentante d'une compagnie d'assurance en se référant aux statistiques qui indiquent que des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année à cause d'erreurs médicales qui auraient pu être évitées.

La publication de ces données peut être une solution qui pousse à la vigilance. Aucun hôpital ne veut avoir l'image d'un cimetière. Encore moins si l'information rendue publique le relaie sur la "liste noire" des hôpitaux à éviter...

(Atelier groupe BNP Paribas- 22/09/2005)