Chaque mois, le greffe du Tribunal de commerce de Paris (http://www.greffe-tc-paris.fr) publie les chiffres clés de la vie des entreprises de la capitale. En avril 2002 ...

Chaque mois, le greffe du Tribunal de commerce de Paris (http://www.greffe-tc-paris.fr) publie les chiffres clés de la vie des entreprises de la capitale. En avril 2002, la création d’entreprises s’est stabilisée à 2 561 immatriculations. Pour les quatre premiers mois de 2002, elle enregistre une baisse de 3,3 % par rapport à la même période de 2001. 415 jugements d’ouverture en procédures collectives ont été prononcés en avril, soit une baisse de 17 % par rapport à avril 2001. 1 545 entreprises ont fait l’objet d’un jugement d’ouverture en procédures collectives entre janvier et avril 2002, contre 1 101 pour la même période en 2001 (+ 40,3 %). Le passif des entreprises défaillantes s’élevait en avril à 103 605 000 euros, soit 51 % de moins qu’en avril 2001. Toutefois, le passif des entreprises est en hausse de 214 % sur les quatre premiers mois de 2002 par rapport à la même période de 2001. 1 129 salariés étaient concernés directement par les défaillances d’avril, soit une baisse de 25 % par rapport à avril 2001. L’immobilier et les services aux entreprises (422 personnes) ainsi que le commerce (240 personnes) sont les secteurs les plus touchés. La création de star-up continue de chuter : 68 créations, contre 86 en avril 2001, soit une baisse de 21 %. 34 % start-up exercent une activité de « services rendus aux entreprises » : conseil en informatique, réalisation de logiciels, conseil dans le domaine des affaires et de la gestion. 11 start-up, soit 16 % sont engagées dans le commerce de gros et de détail. Les autres entreprises exercent des activités récréatives, culturelles et sportives. Elles travaillent dans le domaine de l’édition et de l’imprimerie. 254 start-up ont été créées entre janvier et avril 2002, contre 442 pour la même période de 2001. 5 start-up ont fait l’objet en avril d’un jugement d’ouverture en procédures collectives. Leur passif global atteint 3 620 306 euros, soit 724 061 euros en moyenne. Par comparaison, les sociétés « classiques » arrivant en avril 2002 en procédures collectives disposaient d’un passif moyen d’environ 249 651 euros. 32 start-up ont fait l’objet d’un jugement d’ouverture entre janvier et avril 2002, contre 27 pour les quatre premiers mois de 2001, soit une hausse de 18,5 %. Le service de la Prévention a détecté au total 360 entreprises en difficulté entre janvier et avril 2002, soit une hausse de 31 % par rapport à la même période de 2001. 3 317 emplois salariés sont directement concernés, soit presque trois fois plus qu’en 2001. (Christine Weissrock – Atelier groupe BNP Paribas – 14/05/2002)