Le greffe du Tribunal de Commerce de Paris publie chaque mois un baromètre traitant de la création et de la défaillance des entreprises, des start-up, de l’endettement des entreprises ...

Le greffe du Tribunal de Commerce de Paris publie chaque mois un baromètre traitant de la création et de la défaillance des entreprises, des start-up, de l’endettement des entreprises et des jugements d’ouverture en procédures collectives des entreprises de la capitale. Selon le baromètre de mai 2002, la situation économique et financière des entreprises parisiennes s’aggrave. 2 310 entreprises ont été immatriculées au Registre du Commerce et des sociétés en mai, soit une baisse de 9,8 % par rapport au mois précédent. La moyenne mensuelle 2002 pour les cinq premiers mois de l’année est de 2 448. 125 dirigeants d’entreprises en difficulté ont été entendus par les magistrats de la délégation de la prévention en mai. 205 dirigeants avaient déjà été reçus en avril 2002 et 159 en mai 2001. Le service de la Prévention a détecté 149 nouvelles entreprises en difficulté en mai, soit une augmentation de 40 % par rapport à avril 2002. Le Tribunal de Commerce de Paris a prononcé 478 jugements d’ouverture en mai 2002, soit une hausse de 15,2 % par rapport à avril 2002 et de 74 % par rapport à mai 2001. Cette hausse « technique » est due à un report des placements des assignations à l’initiative de créanciers d’entreprises en difficulté. 156 dirigeants d’entreprises ont déposé au greffe leur déclaration de cessation de paiement en mai 2002, contre 219 en avril 2002 (- 28,8 %). Pour les cinq premiers mois de l’année 2002, 2 023 sociétés ont été déclarées en redressement ou en liquidation judiciaire, contre 1 376 pour la même période de 2001, soit une hausse de 47 %. 37 start up ont été créées en mai 2002, soit une baisse de 55 % par rapport à mai 2001 (83) et de 45,6 % par rapport à avril 2002 (68). 7 d’entre elles, soit 19 %, exercent une activité de conseil aux entreprises. La majorité des autres start-up sont engagées dans le commerce on line et dans le traitement de données informatiques. 4 start-up ont fait l’objet d’un jugement d’ouverture de procédure collective en mai 2002. Leur passif cumulé s’élève à 2 803 000 euros, soit 700 750 euros en moyenne par société. Par comparaison, le passif moyen d’une société « classique » en redressement ou en liquidation judiciaire s’élève à 207 935 euros en mai 2002. De janvier à mai 2002, 36 start up sont entrées en procédures collectives, contre 38 pour la même période en 2001. 15 nouvelles start-up en difficulté ont été détectées en mai par le service de la Prévention, contre 7 en avril 2002. Elles étaient endettées vis-à-vis de la sécurité sociale et du Trésor Public. Les start-up défaillantes exercent le plus souvent une activité centrée exclusivement sur le commerce électronique. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 14/06/2002)