Selon les données chiffrées communiqués par l’APCE, issues du fichier Démo/SIRENE de l’INSEE, le nombre de créations d’entreprises est resté stable en octobre 2002 par rapport à octobre 2001 ...

Selon les données chiffrées communiqués par l’APCE, issues du fichier Démo/SIRENE de l’INSEE, le nombre de créations d’entreprises est resté stable en octobre 2002 par rapport à octobre 2001. De janvier à octobre 2002, le nombre de créations (pures ou ex-nihilo) s’élève à 16 924, contre 16 762 pour la même période de 2001. La création dans les NTIC recule, en revanche, de 18,7 % (4 938 pour les dix premiers mois de 2002, contre 6 073 pour les 10 premiers mois de 2001). Le recul est de 12,1 % pour octobre 2002 comparé à octobre 2001. 5 secteurs d’activités progressent depuis le début de l’année : les industries agro-alimentaires (+ 13,6 %), les services aux particuliers (+ 5,3 %), les activités immobilières (+ 3 %), le commerce (+ 2,9 %) et l’éducation-santé (+ 2,9 %). 4 activités régressent : le transport (- 5,9 %), l’industrie (- 4,7 %), la construction (- 4,5 %), les services aux entreprises (- 2,1 %). Au cours des dix premiers mois de 2002, le nombre de créations d’entreprises individuelles enregistre une légère baisse de 0,3 % (80 068 de janvier à octobre 2002, contre 80 327 de janvier à octobre 2001). Le nombre de créations d’entreprises en société progresse de 0,8 % (respectivement 71 292 et 70 693). Pour les NTIC, la création d’entreprise sous forme de société chute de 20,4 % pour les 10 premiers mois de 2002, et la création d’entreprise sous forme individuelle baisse de 15,6 %. 5 régions enregistrent une régression supérieure à 2 % et 9 régions une progression supérieure à 2 %. 9 régions sont proches de la stabilité. 4 régions ont une évolution supérieure à 5 % : la Basse-Normandie, la Bretagne, la Corse et les Dom. Concernant les créations pures dans les NTIC, la régression en octobre 2002 est plus forte en Ile-de-France comparé à octobre 2001 (213, contre 269, soit – 20,8 %) que dans les autres régions (348, contre 369, soit – 5,7 %). (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 05/12/2002)