Les recherches en neurosciences visant à comprendre la relation entre les signaux électriques du cerveau et les émotions aboutissent : Thync veut changer l’état d’esprit des personnes en leur transmettant des ondes électriques.

Connecté au cerveau, Thync peut faire changer d’état d’esprit

Les technologies relatives à l’électroencéphalographie (analyse des signaux électriques seffectuant dans les synapses, connexions entre les neurones) sont aujourdhui en plein essor et connaissent des applications diverses.

Cest la démocratisation des casques EEG low-cost (pour électroencéphalogramme) qui a initié cette tendance. Ces casques récupèrent (grâce à des électrodes placés sur le front) les signaux électriques émis par le cerveau et les traduisent ensuite en signaux électroniques.

La start-up la plus connue dans ce domaine est Neurosky avec son casque EEG Mindwave. Celui-ci permet par exemple de contrôler une voiture télécommandée par la pensée. Le frein principal est la phase d’ « éducation » : pour pouvoir contrôler la voiture par exemple, il faut penser à un cube qui se déplace, ce qui nest pas naturel de prime abord.

De son côté, la start-up MindRDR se sert des casques EEG pour contrôler des objets connectés comme les Google Glass : en se concentrant suffisamment, les utilisateurs peuvent prendre une photo avec les lunettes et les poster sur Instagram après.

Thync lui est pro-actif : ils mesurent aussi lactivité électrique du cerveau mais ambitionne de modifier lactivité neuronale.

Le produit développé utilise le neurosignaling, technique qui permet de communiquer avec les connections neuronale grâce à des ondes, pour transformer l’état desprit de lutilisateur. Plus précisément, il envoie des signaux sur des zones du cerveau spécifiques : celles correspondant à l’énergie, au calme et à la concentration. Lappareil envoie des signaux électroniques ou des ultrasons au cerveau, dédiés au calme, à la concentration et à l’énergie. Les ondes (intensité et type) peuvent être contrôlé grâce à une application smartphone.

Avec ses produits, Thync compte démocratiser la stimulation transcranienne à courant direct (tDCS), utilisée depuis des années pour traiter la dépression, la mémoire défaillante … La firme, qui a levé 13 millions de dollars depuis sa création en 2011, compte profiter de l’explosion du marché de l’IoT, qui représentera 7 milliards de dollars en 2015.

Rédigé par Arthur de Villemandy