Alors que son successeur, la PlayStation3, sortira le 23 mars prochain, la console de jeux vidéo PS2 se retrouve sous les feux des projecteurs de la justice française. En effet, Sony Computer...

Alors que son successeur, la PlayStation3, sortira le 23 mars prochain, la console de jeux vidéo PS2 se retrouve sous les feux des projecteurs de la justice française. En effet, Sony Computer Entertainment France vient d'être condamné par le Conseil de la concurrence à payer une amende de 800 000 euros pour entente sur le prix de la PS2.
 
Tout commence en mars 2000, au moment de la sortie européenne de la PS2. Les plus impatients avaient eu la possibilité de réserver la console de jeux ainsi que quelques accessoires. Mais Sony avait "conseillé" aux distributeurs de faire pré-réserver la PS2 à un prix unique, soit, à l'époque, 2 990 francs. "Sony Computer Entertainment France avait invité les distributeurs intéressés à signer une charte d'engagement qui leur interdisait de communiquer sur un autre prix de vente au détail que ce prix maximum [...]", a souligné le Conseil de la concurrence. Par conséquent, les adeptes de la PS2 n'ont pas pu faire jouer la concurrence.
 
D'où la condamnation à cette amende: cette pratique a été déclarée illégale car, selon le Conseil de la concurrence, un constructeur ne peut pas imposer un prix de vente. S'il le fait, celui-ci fait "obstacle à la libre fixation des prix par le jeu de la concurrence".
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 05/03/2007)