La nécessité d'interagir avec le client sur les réseaux sociaux n'est plus a démontrer. Celui-ci ne serait, par ailleurs, pas indifférent à cette démarche.

Les consommateurs conscients de l'effort des marques vis-à-vis des réseaux sociaux

Le SuperBowl est un bon exemple de l'évolution stratégique des marques concernant les médias sociaux. En effet, lors de l'édition 2013, on pouvait voir un hashtag Twitter dans la moitié des spots publicitaires diffusés, contre un spot sur cinq en 2012. C'est donc 300 000 mentions de hashtag mesurées par Twitter en un seul dimanche, soit une augmentation de 273% par rapport à 2012, comme le révèle l'étude « Expanding the Conversation Leveraging Social Media for Brand Interaction » menée par Burst Media auprès de 2 577 Américains. Mais la vigilance reste de mise vis-à-vis du ciblage de ces campagnes marketing sociales, car en effet les consommateurs semblent les avoir bien identifiées et ne sont pas tous sensibles de la même manière à celles-ci.

Un hashtag bien placé

Ainsi, le rapport dévoile que les consommateurs ne sont pas dupes quant à la volonté des marques de se tourner de plus en plus vers les médias sociaux. En effet, parmi les sondés interrogés par Burst Media, 27,2% disent avoir remarqué la promotion du compte social des marques en ligne, 24,1% disent l'avoir remarqué à la télévision, et 21,2% en version imprimée. Toutefois, trois cinquième (60,9%) des sondés admettent que les publicités qui apparaissent en ligne, sur les tablettes, ou sur les smartphones encouragent l'interaction avec la marque via les médias sociaux, et 58,7% le pensent aussi pour les publicités télévisées. Ce que les chiffres confirment puisque plus de la moitié des femmes (54,2%) et 48,6% des hommes se sont engagés dans une activité de partage social avec une marque à partir de quelque chose qu'ils avaient vu via une publicité.

Hommes et femmes n'interagissent pas pour les mêmes raisons

Toutefois, dans ce domaine les hommes et les femmes ne sont pas égaux, car plus de femmes (56%) que d'hommes (49,5%) possèdent un compte Facebook. Il en va de même pour Google +, Twitter, Pinterest, Instagram et MySpace. Par contre, LinkedIn connaît une égalité puisque 14,4% d'hommes ont un compte contre 14,2% de femmes. La différence ne s'arrête pas là et se constate également du point de vue des raison d'entrer en contact avec les marques : ainsi 53,2% des femmes souhaitent accéder à des offres spéciales et des coupons de réduction contre 35,5% pour les hommes, 39% veulent rester au courant des dernières nouveautés contre 33% des hommes, et 28,5% le font pour partager leurs opinions avec d'autres contre 24,8% d'hommes. Déclencher une interaction semble donc être la nouvelle stratégie des marques pour lesquelles très peu de personnes confient interagir pour la soutenir.

 
Rédigé par Kathleen Comte
Journaliste