Que ce soit pour s'informer ou pour consommer, les individus multiplient les supports, les médias et les lieux. Pour les commerçants, il est important de comprendre ces habitudes pour s'adapter.

Des consommateurs de plus en plus multi canaux et mobiles

Avec les forums, les comparateurs de prix et les réseaux sociaux, les individus sont de plus en plus indépendants dans leurs choix de consommation, mais du coup de plus en plus difficiles à cibler pour les distributeurs. Cette conclusion est proposée par TNS Sofres, qui a réalisé une étude sur les dernières tendances en termes de fréquentation commerciale des consommateurs pour le compte de Géoconcept. Pour les chiffres, notons que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à considérer Internet comme une plate-forme d’information (84 %), un lieu où ils trouvent les meilleures offres (74%), et un concurrent des lieux traditionnels d’achats, c'est-à-dire les boutiques physiques (68 %).

Omniprésence

"Cette attitude multi-canal fait qu'on a aujourd'hui à faire à des consommateurs de plus en plus informés, même parfois plus que les vendeurs", explique à L'Atelier Charles Taborout, directeur associé de Parabellum, société d’étude de marché et de géostatistique. Cette tendance se retrouve au niveau aussi de la distribution : Charles Taborout rappelle du coup que les individus ont en effet le choix entre les points de vente physiques, Internet, et, à mi-chemin, l'achat sur le web mais le retrait dans un point physique. En somme, ils ont pris une longueur d’avance sur les distributeurs. Ainsi, estime Charles Taborout, "pour mieux cerner les consommateurs, il faut que les fournisseurs passent eux-aussi par une stratégie 'multi canal'." Et d'ajouter : "C’est ce qu’on voit avec Free, qui ouvre  son premier point de vente physique".

Des opportunités à saisir

En d’autres termes, il faut que les marques soient présentes sur tous les canaux et proposent la même offre partout, ou adaptent leur offre par canal en fonction des préférences des utilisateurs. En effet, selon l'étude, le web reste plus sollicité que les magasins physiques pour les objets de consommation non courant. Pour ceux qui le sont, ce sont les grandes surfaces (plus de 60 % des interrogés) et les magasins de proximité qui ont encore la faveur ders individus. L'étude était présentée à l'occasion de la Huitième édition des Assises du géomarketing, à laquelle L'Atelier était présent.