A l’occasion des Greater Copenhagen Smart Solutions se tenant les 7 et 8 juin à Copenhague, retour sur la volonté politique forte de la capitale danoise à l’origine de sa mue vers une ville toujours plus intelligente.

Copenhague, une volonté politique à l’origine de la smart city

63% des membres du parlement danois situé dans le centre de Copenhague vont travailler tous les jours en vélo. Ce chiffre en dit long sur la culture cycliste et verte de la ville, à moins qu'il n'illustre la détermination politique en faveur de la smart city. Une conférence internationale sur le sujet se déroule en tout cas les 7 et 8 juin. Comme l’intitulé l’indique, Greater Copenhagen Smart Solutions: Living Labs for Liveable Cities met l’accent sur les solutions pour améliorer la vie en villes pour les habitants.

Et pour cela, Copenhague bénéficie de la volonté politique de fer de ses dirigeants, bien décidés à la rendre toujours plus intelligente. Cela passe par des objectifs ambitieux. Comme être la première métropole neutre en carbone dès 2025. Pour cette ville parmi les plus vertes d’Europe, cela implique d’installer de nouvelles éoliennes, de poursuivre les travaux de rénovation énergétique des bâtiments publics et de se convertir à la biomasse. Cet esprit écologique s’intègre pleinement dans la vision smart city. Et se traduit également sur le plan de la mobilité. Copenhague est connue pour ses vélos plus nombreux que ses habitants. 35% de la population empruntent quotidiennement les 400km de pistes cyclables.

Ouverture des données et laboratoire d’expérimentations

La capitale danoise enchaîne également les distinctions et remporte notamment le World Smart Cities Award en 2014 grâce à son utilisation des data au profit d’une meilleure qualité de vie avec le projet “Copenhagen Connecting ”. Les autorités danoises collectent en effet des données depuis des décennies dans le but de digitaliser les services administratifs. Il y a quelques années, dans le cadre d’un programme gouvernemental, elles ont mis à disposition ces informations publiques pour impulser un mouvement d’innovations smart city.

Dans l’optique d’aller encore plus loin, la capitale danoise s’est dotée de Living Labs. Ces “laboratoires vivants” permettent d’expérimenter grandeur nature des solutions smart city. Le projet EnergyLab Nordhavn sur les énergies du futur en fait partie. Il a vocation à démontrer pendant les quatre ans à venir comment “électricité et chaleur, bâtiments efficients et transports électriques peuvent être intégrés dans un même système énergétique intelligent, flexible et optimisé”. L’Atelier les visite les 7 et 8 juin, découvrez-les dans des articles à venir. 

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste