Les consommateurs payent déjà une taxe sur les supports vierges, comme les DVD et les CD, ainsi que sur les baladeurs numériques pour le financement du droit à la copie privée. Et si cette taxe...

Les consommateurs payent déjà une taxe sur les supports vierges, comme les DVD et les CD, ainsi que sur les baladeurs numériques pour le financement du droit à la copie privée. Et si cette taxe finissait par toucher les disques durs externes, considérés à l'heure actuelle comme des supports d'enregistrement de données culturelles ?
 
Selon le quotidien Le Figaro daté du 26 octobre, la commission "Copie Privée" doit prochainement discuter du barème de taxation à appliquer aux disques durs externes pour rémunérer les ayants droit. Le barème est fixé en fonction des capacités de stockage : le montant pourrait être compris entre 15 euros pour les disques durs externes de 80 Go et 50 euros pour ceux de 500 Go et plus.
 
Mais certaines associations de consommateurs montent déjà au créneau en arguant que les fichiers stockés sur des disques durs externes ne font pas tous soumis aux droits d'auteur...
 
Jim Welsh, directeur général de Western Digital, spécialisé dans le stockage de données et leader dans le secteur des disques durs, a précisé au Figaro qu'il ne fallait pas "[...] pénaliser le consommateur qui, la plupart du temps, achète ces produits pour faire une sauvegarde de ses données. Taxer les disques durs au nom de la défense de la propriété artistique est une mauvaise voie. Il est préférable d'agir à la source en proposant des contenus protégés par les DRM".
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 27/10/2006)