Des chercheurs viennent de mettre au point un système permettant d'adapter la qualité d'un fichier audio au dispositif de lecture tout en limitant les risques de piratage...

Des chercheurs viennent de mettre au point un système permettant d'adapter la qualité d'un fichier audio au dispositif de lecture tout en limitant les risques de piratage. 
 
Issu du Discover Lab de l'université d'Ottawa, un nouveau dispositif de copyright prenant en compte le niveau de qualité de service (quality of service, QoS) des fichiers audio vient de voir le jour. A travers le développement de ce système double fonction, l'équipe de chercheurs du Discover Lab réalise la performance de combiner filigranage numérique, protection du copyright et intégrité des fichiers avec un système de gestion de la qualité sonore. D'après les concepteurs de cette innovation emmenés par Shervin Shirmohammadi Hani Jabbour, "très peu de systèmes de filigranage numériques de protection des oeuvres interviennent sur la qualité du rendu de ces dernières".
 
Lier vitesse de connexion et qualité du son
 
Le système QoS mis au point par cette équipe de chercheurs permet à l'utilisateur souhaitant se connecter à un flux audio de définir la "qualité" souhaitée en fonction de la vitesse de sa connexion Internet et/ou d'équipement audio lui-même.
Ce dispositif se présente sous la forme d'un module copyright-QoS adapté à la diffusion audio en streaming. Il repose sur un algorithme prévoyant l'intégration d'une image au fichier audio concerné.
 
Vol = dégradation sonore
 
Cette image revêt la fonction d'un filigrane numérique qui n'interfère pas avec le son, mais qui avertit l'utilisateur d'une éventuelle dégradation sonore. Autre intérêt de cette technologie : une utilisation frauduleuse entraîne une perte de qualité sonore telle que cette dernière ne présente plus aucun intérêt. Assurer en temps réel la protection et la qualité de la diffusion audio en streaming devrait être désormais possible. Le développement de ce procédé pour des formats compressés comme le MP3 est à l'étude.          
(Atelier groupe BNP Paribas – 10/08/2007)