L'usage des appareils mobiles s'intensifie au Canada dans le commerce de détail. Près d'un Canadien sur deux les utilisent pour rechercher des coupons en ligne.

Les coupons de réduction, péché mignon des mobinautes canadiens

Les consommateurs canadiens seraient friands de coupons et de méthodes pour obtenir des réductions d'achat via le canal du numérique. En effet, le Canada connaît un fort taux de pénétration des appareils mobiles et dans son étude Shoppers Trend Report, RetailMeNot.ca indique que près d'un consommateur canadien sur deux (47%) recherchent grâce à leur appareil mobile, smartphone ou tablette, à obtenir des réductions et des coupons online sur des produits manufacturés. Cette tendance qui varie selon les régions, l'Alberta avec les villes de Calgary et Edmonton se situe à 56%, traduit la mobilité grandissante des consommateurs canadiens ainsi que certaines de leurs habitudes culturelles.

Une coupon numérique préféré

Cette tendance de la recherche par l'entremise d'un appareil mobile s'affirme bien plus chez les 18-34 ans que chez les personnes d'âge supérieur, à 60% contre 41%. Le coupon numérique en lui même présente plusieurs avantages. D'une part, pour 55% des canadiens, les coupons sont faciles à rechercher ou à obtenir, et 41% peuvent facilement les utiliser dans des boutiques qu'ils affectionnent. D'autre part, ils sont aussi 34% à affirmer qu'ils apprécient le fait d'y trouver des assortiments de coupons émanant de larges centres commerciaux, et 31%, enfin, y voient un bénéfice utilitaire : il y aura toujours un coupon utile.

Une habitude ancrée dans les mœurs

49% des consommateurs canadiens dépensent plus de 100$ par mois dans des articles manufacturés auprès de commerces de détail. La crise économique actuelle, si elle affecte les habitudes d'achats des consommateurs canadiens, influent dans une moindre mesure que chez leurs voisins américains. Ils sont seulement 33% contre 44% des résidents des Etats-Unis à envisager de baisser leur budget mensuel dédiés à ce type de produits même si, en moyenne, 50% des Canadiens dépensent par exemple moins d'argent dans des objets de petite valeur comme les DVD qu'il y a cinq ans.

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur