Certains navigateurs GPS répertorient déjà les radars fixes disposés le long des routes et autoroutes. Mais quid des radars mobiles? L'entreprise Coyote System a mis au point un système...

Certains navigateurs GPS répertorient déjà les radars fixes disposés le long des routes et autoroutes. Mais quid des radars mobiles? L'entreprise Coyote System a mis au point un système permettant d'être averti des radars mobiles disséminés sur son parcours grâce aux automobilistes.
 
Un boîtier Coyote, installé dans l'habitacle du véhicule, utilise le GPS pour localiser la voiture de l'utilisateur et sa vitesse, donner des informations sur le trafic et indiquer à l'automobiliste les radars fixes qu'il risque de croiser. Ces données sont notamment communiquées par des partenaires comme TeleAtlas ou Infotrafic. Et les informations relatives au positionnement de l'automobile fournies par la puce GPS sont envoyées aux serveurs de Coyote System via le canal GSM/GPRS. Le boîtier récupère ensuite les informations une fois celles-ci mises à jour.

  
Ce boîtier permet de ralentir pour éviter de se faire "flasher"...
Mais est-ce une vraie bonne solution pour augmenter la sécurité sur les routes?
 
En outre, ce système intègre également un service permettant de repérer et de signaler aux automobilistes les radars mobiles. Mais ici, les conducteurs sont directement mis à contribution. En effet, dès qu'un automobiliste croise un radar mobile, il a la possibilité d'appuyer sur un bouton situé en haut de l'appareil pour avertir les possesseurs d'un système Coyote de la présence de ce radar.
 
Enfin, ces informations seront recueillies par le serveur central qui les répercutera vers les autres appareils Coyote. 
 
Selon Coyote System, plus de 6 000 automobilistes utiliseraient ce système de repérage de radars mobiles. La société précise sur son site que son système est tout à fait légal et a pour but de "contribuer à la sécurité et à la prévention routière en incitant [les conducteurs] à respecter la législation en vigueur".
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 26/01/2007)