Plus de connections au haut débit = plus de transactions en ligne et plus de recettes publicitaires pour les sites et les portails du web. La formule, assez simple, est l’œuvre de la banque...

Plus de connections au haut débit = plus de transactions en ligne et plus de recettes publicitaires pour les sites et les portails du web. La formule, assez simple, est l’œuvre de la banque d’affaires Goldman Sachs, qui vient de publier une étude prévisionnelle des équipements haut et bas débit aux Etats-Unis.

Ainsi en 2004, le nombre de foyers américains équipés de l’Internet à haut débit devrait progresser de 35 % et atteindre les 33 millions. La baisse des prix sur les accès à Internet par ADSL explique en grande partie cette croissance du nombre de foyers connectés, selon Goldman Sachs.

Tout l’intérêt de l’étude de Goldman Sachs n’est pas là, mais bien plutôt dans son analyse du seuil à franchir pour que les annonceurs nationaux sur la toile. Il serait de 30 millions et signifierait pour les industriels du net une progression significative de leurs revenus. « Ler haut débit est le plus gros catalyseur possible pour la croissance du commerce en ligne et de la publicité ».

Du côté des achats en ligne en effet, les internautes équipés d’un accès haut débit (DSL ou câble) dépensent 26 % d’argent de plus que les internautes disposant d’une connexion classique bas débit.

Même si la croissance de l’équipement en haut débit a tendance à ralentir (+10 % en 2002, + 6 % en 2003 et + 4,5 % prévus en 2004), Goldman Sachs prévoit que les plus gros portails et sites Internet profitent nettement de l’investissement des annonceurs. La banque d’affaires cite notamment les géants eBay et le portail Yahoo.

(Atelier groupe BNP Paribas - 21/06/2004)