Le laboratoire mobile de BMW a fait étape à Berlin et a mis au point une carte des rues que les personnes à vélo peuvent enrichir en indiquant la praticabilité et l'accès aux commerces des rues qu'ils parcourent.

Quand le crowdsourcing améliore la circulation cycliste dans Berlin

Comment encourager les déplacements autres que l'automobile ? En améliorant l'accès à l'information sur les itinéraires existant et l'état des voies, pour le vélo par exemple. Le laboratoire mobile de BMW, le Guggenheim Lab, et qui avait posé ses valises à Berlin cet été, a ainsi mis au point une carte interactive des pistes cyclables enrichie en permanence par ses cyclistes, dans la veine du crowdsourcing. Menée par Rachel Smith, l'initiative consiste en une carte très précise des rues de la capitale allemande, avec les chaussées et quartiers accessibles aux cyclistes. Le but : tenter de désengorger une circulation rendue très dense, par la multiplication des moyens de transports; une manière également de présenter une image compatible avec les enjeux environnementaux d’une grande ville.

Comment cela fonctionne ?

Le site étant alimenté par les usagers, ces derniers doivent d’abord se créent un profil, en précisant s'ils sont cyclistes occasionnels ou réguliers ; puis indiquer leur(s) trajet(s) sur la carte, c'est-à-dire leurs parcours à vélo. Cinq questions sont ensuite posées, sur l'état des routes, sur le fait de savoir s'il y a des magasins sur le parcours permettant de faire des étapes en rentrant chez soi, si l'infrastructure routière en place fait que le cycliste se sent en sécurité ou pas... Chaque témoignage permet d'enrichir la précision de la carte, par thème. En effet, il est ensuite possible, en tant qu'utilisateur, de choisir un itinéraire, et en fonction des données agrégées, de faire une recherche par densité du trafic, praticabilité de la route, magasins alentour, etc. Classiquement, les pistes conseillées sont en vert, quand celles à proscrire sont en rouge.

Quel(s) développement(s) à venir ?

A terme, les fondateurs du site souhaiteraient encore plus affiner les thématiques, et proposer des informations sur les zones en travaux. Pour l’instant, l'initiative n'est développée qu'à Berlin, terrain de test idéal car la population est nombreuse à circuler à vélo. Mais le Lab n'exclut pas de l'étendre aux autres villes qu'il parcourt (Brisbane, Santa Monica, Mumbai, New York, Vancouver, Brooklyn), si cela fonctionne. Reste que si l'idée est intéressante, elle nécessiterait quelques améliorations pour prendre de l'ampleur : par exemple, le site ne propose pas de sélectionner un itinéraire et d'obtenir des conseils sur l'ensemble du chemin. Il est juste possible pour le moment de consulter la carte générale, en zoomant sur les rues que l'on souhaite parcourir.