Pensant que les concours de crowdsourcing favorisent trop la rétention d'informations et l'individualisme, des chercheurs tentent de trouver des modèles pour favoriser la collaboration et récompenser la participation.

Le crowdsourcing doit se tourner vers des modèles plus collaboratifs encore

L'avenir du crowdsourcing passe par la collaboration ainsi que des récompenses proportionnelles à la contribution de chacun. C'est en tout cas l'analyse (*) établie par deux chercheurs de l'université de Californie, qui ont pris comme point de départ de leur démonstration le concours de crowdsourcing lancé par Netflix en octobre 2006. Celui-ci voulait affiner ses mécanismes de recommandation de films. Chaque équipe devait ainsi proposer sa solution et les gagnants repartaient avec 1 million de dollars. Selon les chercheurs, ce modèle de concours - qui tend à se répandre - comporte de nombreuses failles.

Un système individualiste et générant des pertes

Il est anti-collaboratif, poussant chacun à garder privées ses techniques de résolution, contrairement au principe même du crowdsourcing. De plus, puisqu'une seule équipe rafle la mise, le travail de tous les autres participants est perdu. En outre, il ne pousse pas vraiment à l’innovation : dans le cas de concours  "à la Netflix", la récompense est toujours identique quelque soit le niveau d’optimisation et les vainqueurs doivent abandonner la propriété intellectuelle de leurs trouvailles. Pour remédier à cela, les scientifique proposent de travailler sur une problématique rendu public à la façon de l’open source, avec une récompense partagée entre les personnes ayant effectué des contributions utiles.

Plus de collaboration avec une prime à la spécialisation

Cela permet de récompenser de petites unités spécialisées se concentrant sur un sous-problème spécifique plutôt que de constituer des regroupements d'experts au sein d'une seule équipe. Il faudrait aussi, qu'au lieu de donner des récompenses seulement à la fin du processus, celles-ci soient distribuées à intervalles de temps réguliers pour permettre aux participants de les réinvestir immédiatement dans leurs recherches. On apprend en effet que les gagnants du concours Netflix, primés en 2009,  avaient dépensé plus que la récompense proposée pour aboutir à la solution, un investissement excluant d'office des crowdsourceurs indépendants par exemple.

(*) PDF en Anglais

Rédigé par Mathieu Paumard