La France rattrape progressivement son retard en matière d'équipement des foyers en micro-informatique. Selon l'étude publiée hier par le groupe GFK et le magazine "SVM" "1998 a été une grande ann...

La France rattrape progressivement son retard en matière d'équipement des foyers en micro-informatique. Selon l'étude publiée hier par le groupe GFK et le magazine "SVM" "1998 a été une grande année pour l'informatique". En 1998, il s'est en effet vendu 3,4 millions de micro-ordinateurs (dont 2,4 millions pour les entreprises), soit une progression de 21 % en volume (19 % en 1997). Le marché a représenté l'an dernier un chiffre d'affaires de plus de 55 milliards de F (8,4 milliards d'euros), dont 35 milliards pour les seules ventes d'ordinateurs. Les imprimantes et les moniteurs, ayant généré respectivement des chiffres d'affaires de 8,5 milliards de F (+ 36 %) et de 8,1 milliards de F (+ 20 %) figurent parmi les périphériques les plus vendus. Néanmoins, ce constat s'accompagne de deux mises en garde. La technologie évolue très vite rendant obsolètes les équipements de plus en plus rapidement. De plus, si la baisse des prix, particulièrement sur les périphériques, contribue à dynamiser le marché, elle peut aussi fragiliser certains distributeurs. On trouve désormais couramment des machines à 3 990 F dans la grande distribution. La tendance à la baisse des prix ne peut que se poursuivre avec l'annonce de l'offre "packagée" d'Infonie à moins de 2 000 F (voir la revue de presse du 20/01) et les mesures en faveur d'Internet annoncées par le Premier ministre. Selon SVM, 22,5 % des foyers français possèdent aujourd'hui un micro-ordinateur, contre 18 % en 1997. 77 % des possesseurs de micro l'utilisent en moyenne près de huit heures par semaine (une heure de plus qu'en 1997). 59 % s'en servent pour écrire du courrier, 44 % pour jouer, 38 % pour se cultiver. Avec 21 % de réponses, Internet arrive en dixième position, mais progresse nettement par rapport à 1997. Ceux qui s'équipent sont en majorité des hommes plutôt jeunes (48 % ont moins de 35 ans), souvent cadres (50 %), aux revenus confortables ayant fait des études supérieures et vivant en ville (notamment en région parisienne). Plus il y a d'enfants dans le foyer, plus on s'équipe. 75 % des hommes, plutôt branchés Internet et CD-ROM, passent onze heures par semaine devant leur écran. Les femmes et les employés y passent moins de 4 heures par semaine, essentiellement pour écrire leur courrier ou gérer leurs comptes. Trois foyers sur quatre restent cependant encore méfiants. Si 47 % des ménages non équipés envisagent de s'y mettre un jour, ils sont 41 % à déclarer qu'ils n'achèteront jamais d'ordinateur. Malgré les fortes baisses enregistrées ces deux dernières années, le prix est le principal frein évoqué. Paradoxalement, lorsqu'ils se décident à investir, les Français consacrent en moyenne 9 200 F à leur achat. Seuls 17 % ont saisi les offres inférieures à 5 000 F.

Responsable du secteur informatique à GFK France, François Klipfel souligne "par rapport aux autres pays européens, le marché français se situe cependant légèrement en-deça de la moyenne". Avec un taux d'équipement des foyers de 22,5 %, contre une moyenne de 27 % pour les sept principaux marchés d'Europe, la France arrive en effet largement derrière le Benelux (48 %) ou l'Allemagne (35 %). Toutefois, ce retard relatif devrait se combler progressivement. Dès cette année, avec une prévision de 3,9 millions d'unités vendues, le taux d'équipement devrait atteindre 26 %. Cette année, les ventes devraient atteindre 22,2 millions de micro-ordinateurs au niveau européen et 101 millions au niveau mondial. Au cours des prochaines années, la croissance du marché ne peut que se confirmer pour les analystes de GFK. En 2000, il devrait se vendre en France 4,3 millions de machines. D'ici à sept ans, le taux de pénétration devrait atteindre 54 %, soit l'équivalent du taux actuel des Américains. (Les Echos - Le Parisien - La Tribune - Le Figaro - 21/01/1999)