En Allemagne : L’Allemagne arrivait au 11ème rang au sein des pays de l’OCDE en termes de pénétration haut débit en juin 2001. En septembre 2000, environ 260 000 foyers ...

En Allemagne : L’Allemagne arrivait au 11ème rang au sein des pays de l’OCDE en termes de pénétration haut débit en juin 2001. En septembre 2000, environ 260 000 foyers, dont un quart était abonné, pouvaient accéder à des services basés sur les modems câblés donnant un accès bidirectionnel à Internet. Côté DSL, l’Allemagne est l’un des pays de l’OCDE où le dégroupage est le plus avancé. Près de 50 nouveaux entrants locaux ou régionaux proposent des services DSL. Deutsche Telekom peut offrir au mieux un service DSL à 90 % des foyers allemands. L’opérateur a lancé, début novembre 2001, un pilote (avec 500 utilisateurs) d’accès haut débit via satellite : T-DSL via satellite. Sa cible : les zones rurales ou isolées. L’objectif de ce pilote est de tester le business model d’Internet via satellite. Le coût de l’équipement et de l’installation revient à 99 euros. Actuellement, le commerce électronique inter-entreprises est en pleine expansion en Allemagne. Selon les analystes, le montant des transactions BtoB en ligne, évalué à 19 milliards d’euros en 2000, devrait progresser annuellement de plus de 100 % pour atteindre 953 milliards d’euros en 2005. 40 % du total des transactions électroniques BtoB devraient se faire par ce biais en 2004. Au Royaume-Uni L’objectif du Royaume-Uni est de devenir le plus grand marché du haut débit du G7 d’ici à 2005, alors que 0,03 % seulement de la population était connectée en décembre 2001. Le Royaume-Uni figure en dernière place européenne. Alors que la demande et l’offre étaient insuffisantes et les prix encore élevés, la situation s’est améliorée au cours des derniers mois, grâce notamment à l’évolution de la stratégie de British Télécom : diminution de 41 % des tarifs de location de lignes haut débit pour les fournisseurs d’accès à Internet en février 2002. En outre, une étude lancée le 15 mai 2001 par le Cabinet Office a permis d’élaborer une stratégie haut débit. Pour stimuler la demande d’accès au haut débit, plusieurs mesures sont envisagées, parmi lesquelles figurent l’information des entreprises de l’existence d’une mesure fiscale leur permettant de déduire notamment l’installation du haut débit, l’encouragement et le conseil aux PME en matière de e-business, l’équipement des écoles pour leur permettre d’accéder au haut débit, le raccordement de l’ensemble des immeubles en construction au câble, l’encouragement des projets pilotes en matière commerciale autour du haut débit … Ces mesures devraient permettre de développer la demande en services haut débit dans les zones qui sont couvertes, soit 2/3 de la population. Par ailleurs, l’Union Européenne va cofinancer, à hauteur de 2,4 millions d’euros, un projet visant à fournir l’accès au haut débit par câble dans les îles Shetland et Orkney. Ce projet, d’un montant total de 18,5 millions d’euros, est aussi financé par le HE (Highlands and Islands Enterprise), agence de développement pour la région des Highlands et îles d’Ecosse, l’industrie pétrolière et les collectivités locales. Au Japon Le Japon se classait en termes de pénétration de l’accès haut débit fin 2000 au 11ème rang au sein de l’OCDE, grâce notamment à l’activité des câblo-opérateurs. Ainsi, par exemple, Jupiter Télécommunications est passé de 12 900 abonnés en 1999 à 141 500 en 2000 et 180 000 à l’été 2001. Toutefois, le taux de pénétration pour le large bande est encore modeste au Japon : 3,2 millions d’usagers. Le dégroupage de la boucle locale cuivre est entré en vigueur par ordonnance ministérielle en septembre 2000. Le Japon comptait au moins 11 fournisseurs DSL en novembre 2001. Conséquence : les tarifs baissent rapidement. En janvier 2001, dans le cadre d’e-Japan, un plan de rattrapage ambitieux a été monté. Objectif : faire du Japon le pays le plus avancé dans le monde dans cinq ans (2006). ) : 10 millions d’abonnés très grande vitesse (FTTH) et 30 millions à grande vitesse (ADSL), sur 48 millions de foyers. Grâce à l’i-mode, le Japon détient un fort taux d’utilisation de l’Internet : 31 millions. Le Japon est le troisième pays le mieux équipé en réseaux fibre optique, après les Etats-Unis et la Corée. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 06/06/2002)